Au Cœur de nos régions : El Bahia change de visage  

Toujours attachée à son ambition de jouer pleinement le rôle de locomotive économique et culturelle pour le pays, Oran étale, à chaque fois que l’occasion le permet, l’étendue de son dynamisme, de son potentiel ; et l’actualité l’illustre assez bien cette semaine.

A un peu plus de 200 jours du lancement des Jeux Méditerranéens qu’elle se prépare à accueillir en juin 2022, Oran recevra le mois prochain une délégation de haut rang du Comité International des jeux, histoire de prendre ensemble, la mesure de ces préparatifs. Beaucoup de projets lancés à l’occasion de ces jeux ont déjà été réceptionnés. En parallèle, on s’attèle, sans répit, à aménager les espaces environnants. Le dynamisme de la métropole méditerranéen s’illustre également cette semaine par l’activité de son port commercial dont les exportations hors hydrocarbures ont enregistré durant les dix premiers mois de cette année une augmentation de 200 % par rapport à la même période de l’année écoulée. On apprend par ailleurs avec satisfaction l’entrée en service, à partir de 2025, de la première usine du pays de production de polypropylène  dans la zone industrielle d’Arzew. Dans le volet culturel, Oran déclare sa flamme à la calligraphie arabe en se dotant d’une galerie dédiée à cet art ancestral.
Port d’Oran : Augmentation de plus de 200% des exportations
L’entreprise portuaire d’Oran (EPO) a enregistré durant les 10 premiers mois de l’année en cours une augmentation du volume des exportations hors hydrocarbure dépassant les 200% par rapport à la même période de 2020.
Selon le directeur général de l’EPO, Mokhtar Korba, pas moins de 798.771 tonnes de clincker, 308.616 tonnes de produits ferreux, 28.728 tonnes de ciment et pour la première fois 8.256 tonnes d’huile de soja ont été exportés cette année. Le premier responsable de l’entreprise portuaire d’Oran a rappelé que l’exportation hors hydrocarbures, l’année écoulée, s’est limitée à 196.200 tonnes de clincker.
Par ailleurs, il a été procédé, au niveau du port d’Oran, au traitement de 8.144.935 tonnes de marchandises diverses au cours des dix premiers mois de cette année, contre 8.381.026 tonnes au cours de la même période en 2020, ce qui représente une «légère» baisse de 2,82%.
Le trafic de marchandises solides a connu une augmentation de près de 10% dans les dix derniers mois par rapport à la même période l’an dernier, atteignant un volume de 4.584.323 tonnes.
Les importations de céréales toutes variétés confondues arrivent en tête des marchandises solides, atteignant 2.456.426 tonnes, soit une réduction de 341.195 t par rapport à la même période de l’année précédente.
Les importations d’aliments pour le bétail ont également connu une augmentation d’environ 24%, passant de 700.787 t durant les dix derniers mois de l’année précédente à 868.830 t de la même période de référence de l’année en cours.
Le volume des marchandises liquides s’élève, quant à lui à 224.475 tonnes, ce qui représente 2,76% du total des produits traités au cours de la période précitée. Il s’agit des carburants, des huiles végétales et des huiles utilisées, a-t-on fait savoir, soulignant toutefois qu’il a diminué de 24,46% par rapport à l’année précédente.
D’autre part, le port d’Oran a enregistré une baisse de l’activité des conteneurs au cours de la période précitée avec le traitement de 177.743 conteneurs contre  185.937 au cours de la même période de l’année écoulée, soit une baisse de 4,41%.
Pour ce qui est des voyageurs, le trafic a enregistré, au port d’Oran, 15.676 passagers depuis octobre dernier, après une interruption de près de deux années à cause de la pandémie de la Covid-19 contre 33.669 passagers (avant la pandémie et ceux rapatriés vers le pays) au cours de la même période de l’année dernière, alors que celui des véhicules s’élève depuis octobre dernier à 7.303 contre 15.836 véhicules au cours de l’année dernière, selon le même responsable.
Une nouvelle galerie d’art à Oran : Pour l’amour de la calligraphie arabe
La scène culturelle oranaise vient de s’enrichir d’une nouvelle infrastructure avec l’ouverture d’une galerie d’art spécialisée dans la calligraphie arabe, la première du genre au niveau national. La nouvelle galerie est à mettre à l’initiative du célèbre calligraphe Kour Noureddine, fruit de son engagement à ce segment de l’art et de sa promotion. «Mon objectif à travers cet espace n’est pas de réaliser un gain. C’est ma passion pour la calligraphie arabe qui m’a engagé dans cette aventure dans le monde de l’art visuel et le milieu artistique de manière générale», indique l’artiste, fort d’une expérience de plus de 40 ans dans la calligraphie arabe.
Sise à Haï El Badr (ex Petit), cette galerie d’art est venue ainsi s’ajouter aux autres galeries, qui restent encore très peu nombreuses par rapport au nombre d’artistes plasticiens professionnels et au grand nombre d’étudiants diplômés des écoles des Beaux Arts. «Tous ces artistes, professionnels ou amateurs, ont besoin de salles pour exposer et commercialiser leurs travaux», a-t-il déclaré, notant que «le grand défi qu’on doit relever est de mettre en avant la calligraphie arabe en Algérie, qui est en développement continu».
Ce lieu se veut une véritable promenade dans l’esthétique de la calligraphie arabe et une nouvelle destination culturelle aux amateurs de l’art plastique.
Cet espace, appelé «Galerie d’art Kour» est un véritable acquis pour la ville d’Oran, regorgeant d’importantes potentialités culturelles. «C’est un investissement culturel pour encourager et promouvoir la créativité dans la calligraphie arabe, qui connaît une renaissance en Algérie, sachant qu’Oran s’apprête à accueillir les Jeux méditerranéens prévus en été 2022», a-t-il par ailleurs souligné.
Institut Cervantès : Littérature et musique pour clôturer 2021
L’Institut Cervantès a préparé un riche programme culturel et artistique pour cette fin d’année 2021. Au menu de ce programme, l’institut a programmé plusieurs rencontres animées par des experts et des écrivains, notamment sur la musique andalouse et sur la littérature des voyages. Le programme prévoit également une conférence en ligne sur la romancière espagnole Emilia Pardo Bazan, un événement qui coïncidera avec la commémoration du centenaire de son décès. D’autre part, un nouveau spectacle de Flamenco sera organisé le 5 décembre prochain au Théâtre régional d’Oran avec un groupe d’artistes venus d’Espagne. D’autres activités culturelles figurent dans le programme de cette fin d’année 2021 dont une exposition et un cycle de projections cinématographiques les 12, 13 et 14 décembre. Ces activités retraceront l’année 2021 et coïncideront avec la commémoration du deuxième centenaire d’indépendance du Pérou. Le 12 décembre, un cycle intitulé «Vivir y avtores» sera inauguré par l’ambassadeur du Pérou à Alger au siège de l’Institut Cervantès d’Oran.
Éducation : Deux cantines scolaires en projet à Es Senia
Une enveloppe financière de 300 millions de dinars a été débloquée pour l’étude et la réalisation de deux cantines scolaires au niveau de la commune d’Es Senia, a-t-on appris auprès de la collectivité. Avec une capacité de 200 rations chacune, ces structures seront réalisées au niveau des écoles «Enadhajah» et «Djilali El Yabes».
Pour rappel, la direction de l’éducation d’Oran a fait état cette année de 98.000 élèves qui devront bénéficier de la restauration au niveau des cantines scolaires.
Les élèves concernés sont répartis sur 258 écoles sur les quelque 600 établissements primaires que compte la wilaya d’Oran. En dépit de son importance, ce chiffre reste très faible par rapport à la population scolaire globale. Par conséquent, le wali a donné des instructions pour améliorer la restauration et renforcer le réseau des cantines en particulier au niveau des zones d’ombre.
Yahia  Benaïssa