Prix des fruits et légumes : Les grossistes pointés du doigt

En dépit de la disponibilité des produits agricoles, les prix des fruits et légumes restent également assez élevés.

Au marché couvert d’Ali Mellah à Alger-Centre, la pomme de terre coûte 110 DA/kg, la tomate 140 DA/kg, l’oignon 60 DA/kg, les petit pois 150 DA/kg et la courgette 110 DA/kg.  Le prix du citron continue, quant à lui, à surprendre. Il n’est pas retombé au dessous de 380 DA depuis  quelques semaines. La mercuriale des fruits aussi n’est pas en reste. La banane atteint les 450 DA/kg et les prix des oranges, fruit de saison fort apprécié, oscillent entre 120 et 160 DA le kilo.
Les prix des viandes rouges sont, toutefois, de quelques dinars de moins que dans les supermarchés puisque l’agneau s’affiche à 1400 kg et le  poulet à 320 DA/kg. Interrogé sur cette hausse injustifiée des prix, Saïd Saleh, un marchand de légumes dans ce grand espace commercial, l’explique par «le mauvais temps de ces derniers jours et la flambée des prix sur les marché de gros moins achalandés que d’habitude». Selon lui, «les agriculteurs avaient du mal à ramasser leur récolte et l’acheminer vers Alger avec les dernières précipitations».
A la question de savoir si les vendeurs des marchés de gros ont profité de la conjoncture pour faire augmenter les prix, il dira qu’« il n’y a aucun doute et cela se répercute sur le détaillant qui n’a d’autre choix que d’augmenter sa marge bénéficiaire».
Les bouchers et les volaillers n’hésitent pas, de leur côté, à pointer du doigt leurs fournisseurs. Quant à l’afflux des clients, les vendeurs sont unanimes à dire qu’il y a une nette baisse par rapport à la même période de l’année passée, estimant que la crise du Covid a profondément impacté le pouvoir d’achat des citoyens à faible revenu. Les consommateurs craignent, pour leur part, de voir cette flambée se. C’est le cas de Fatiha Menad, une retraitée de l’éducation. « La spéculation, relève-t-elle, a touché l’essentiel des produits agricoles frais. Cela  risque de laminer davantage le pouvoir d’achat des petites bourses déjà mises à rude épreuve», s’inquiète-t-elle.
A.B
Association des consommateurs : Le spectre des pénuries écarté
Le  président de l’Association nationale des commerçants et artisans (Anca) tient à informer les consommateurs qu’«environ 15 millions de quintaux de légumes et de fruits, 120.000tonnes de viandes rouges et blanches, en plus de plus d’un million de tonnes de céréales et 25.000 tonnes de sucre et d’huile seront disponibles durant le Ramadhan».
Hadj Tahar Boulenouar salue, à ce propos, «les mesures prises par le gouvernement concernant l’organisation de marchés de proximité dont plus d’une dizaine à travers la capitale seront équipés en perspective du mois sacré».
A. B.