Radio nationale : Au cœur de l’événement

A l’occasion de la commémoration du 77e anniversaire des massacres du 8 Mai 1945, Journée nationale de la mémoire, la Radio algérienne organise, aujourd’hui, à travers ses différentes chaînes nationales, thématiques et régionales, une journée fil rouge sous le thème «Les crimes coloniaux».

Ses programmes seront, ainsi, adaptés à la commémoration de cette douloureuse date à travers des émissions spéciales, des reportages et des plateaux qui vont accueillir des historiens, des chercheurs en histoire et des moudjahidine témoins des atrocités du colonialisme français commis durant 132 ans d’occupation. «A la Chaîne III, une émission spéciale, diffusée entre 13h et 14h, sera consacrée à cet événement», selon le directeur de l’information de la Chaîne III. Maâmar Djebbour explique que «des témoignages des moudjahidine seront diffusés à cette occasion». Il ne faut pas oublier, rappelle t-il, que «les événements du 8 Mai 1945 sont considérés comme le véritable déclencheur de la Révolution qui a connu plusieurs révoltes». «Ces témoignages vivants seront accompagnés par des reportages dans les différentes éditions de la chaîne». La guerre de Libération est le tronc central de l’histoire nationale, d’où l’intérêt de mettre en avant le regard que porte la jeunesse sur ces événements. La Chaîne III ouvrira, ainsi, son antenne aux jeunes qui souhaiteraient s’exprimer, notamment sur cet événement. «Des jeunes seront également présents sur le plateau de cette émission pour savoir ce que représentent les massacres de Sétif, Guelma et Kherrata, et la répression sanglante qui a suivi les manifestations anti-colonialistes du 8 mai 1945 pour la nouvelle génération», a ajouté notre interlocuteur, soulignant que «les différents rendez-vous d’information seront également consacrés à cette journée durant laquelle les Algériens ont revendiqué haut et fort leur droit à l’indépendance en brandissant le drapeau aux couleurs nationales». Les medias peuvent, à travers ce genre d’initiative, servir de relais de diffusion et de préservation de la mémoire nationale et participer au processus de sa mise en valeur. L’objectif principal du fil rouge intervient, ainsi, dans le cadre de la construction de représentations collectives de la mémoire. Selon Maâmar Djebbour, «les médias ont un rôle important à jouer dans la préservation de la mémoire nationale qui est une reconnaissance aux artisans de notre histoire». En somme, la consécration des valeurs et principes pour lesquels sont morts nos chouhada passe aussi par cette commémoration médiatique qui use des références historiques pour mieux expliquer ces événements. A noter également que la Radio nationale remettra à cette occasion un don au ministère des Moudjahidine et Ayants droit. Il s’agit d’un important lot de CD liés à des stations cruciales du long et glorieux combat du peuple algérien pour l’indépendance du pays. Le don contient des enregistrements originaux, des témoignages rares et des enquêtes documentaires sur de nombreux événements, batailles et massacres perpétrés par le colonialisme, ainsi que «des portraits et des biographies présentant des martyrs et des héros de l’Algérie.

Assia Boucetta