Réalisation de Souk El Fellah : Un projet en quête de bailleurs de fonds

Souk El Fellah El Djadid est une marque commerciale déposée au niveau de l’Institut national algérien de la propriété industrielle (Inapi) depuis 2019. Après une longue préparation, elle ambitionne d’ouvrir une grande chaîne de distribution offrant aux producteurs algériens des espaces de vente et aux consommateurs des productions exclusivement made in bladi avec de bas prix.

Pour Kamel Ben El Kaïd, initiateur de ce projet, il s’agit de relancer ce lieu commercial mais sous une nouvelle conception. Selon la présentation faite, ce mardi, au Centre des conférences internationales (CIC) Abdelatif Rahal, à Alger, en présence de représentants de banques, des producteurs, des députés, il est question de revisiter les souks el fellah avec une touche moderne et plus adaptée au contexte économique et commercial de l’heure.  «Il y a beaucoup de lieux de commerce abandonnés alors que nous pouvons les exploiter et les rendre plus rentables. C’est de là, d’ailleurs, que l’idée de ce projet a émergé. Nous avons fait tout une étude de faisabilité et préparé un business plan que nous avons proposé aux  banques mais aussi aux investisseurs. Nous avons eu un retour d’écho positif», a souligné pour sa part Mohamed Redha Wasset, conseiller auprès de cette Eurl qui ambitionne de changer, sous peu, son statut  pour devenir une SPA. Selon lui, l’ouverture du premier souk el fellah dans son nouveau concept devra être effectuée en 2023 avec l’objectif de créer 180 emplois directs et 1.000 indirects.
D’après lui, c’est Blida qui sera à l’honneur pour abriter le premier souk el fellah. D’autres seront installés de manière progressive à travers plusieurs wilayas dont l’architecture de l’édifice sera choisie en fonction des spécificités des régions. Le projet consiste à réaliser des surfaces commerciales de 585 m2, en plus de services et restaurants de 396 m2, des lieux de loisir, entretien… d’aménagement de 3.505 m2. En attendant, un premier prototype sera organisé au niveau de Sablette d’Alger juste après le Ramadhan pour une durée d’un mois. Une manifestation commerciale qui verra, selon le même intervenant, la participation d’une trentaine d’exposants, exclusivement  des producteurs algériens. Les secteurs de l’agroalimentaire, le textile et le consommatique seront fortement présentés, a-t-il dit avant d’ajouter : «C’est une occasion pour nous pour tester les innovations et notre plateforme électronique.» Il soulignera que Souk El Fellah El Djedid «veut être le premier d’une nouvelle lignée de surfaces commerciales en Algérie, plus responsable et mieux intégré. Nous avons un business model basé sur le lowcost et l’innovation avec la création de la valeur ajoutée. Nos cibles sont les personnes à faibles et moyens revenus. Et nous œuvrons à créer des espaces à la fois commerciaux mais aussi écologiques». Il s’inscrit dans l’optique d’organiser le métier de distribution, d’endiguer le phénomène inhérent à la spéculation mais surtout l’informel qui gangrène l’économie nationale.
Wassila Ould Hamouda