Record de contaminations dans les écoles : Parents d’élèves et enseignants alertent

 On enregistre une grande inquiétude dans les établissements scolaires à cause de la propagation du virus. Le secteur de l’éducation est relativement touché, dans plusieurs wilayas, mais sans pour autant susciter la fermeture des écoles. Les parents d’élèves et enseignants appellent à renforcer les mesures sanitaires dans le milieu scolaire, pour endiguer la pandémie.

«Le nombre d’élèves contaminés par la Covid-19 n’a jamais été aussi élevé qu’en ce moment», affirment les syndicalistes autonomes du secteur, qui alertent sur la situation qui s’est dégradée de manière spectaculaire durant cette dernière semaine. Et même si le gouvernement a décidé à garder les établissements scolaires ouverts, plusieurs écoles, où le nombre d’infections a atteint le pic, ont été contraintes de fermer, depuis la reprise des cours.
Les mesures adoptées pour endiguer le coronavirus sont jugées «insuffisantes», selon le Conseil national des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapeste), qui estime que «les élèves vont continuer de se contaminer à l’école, si le protocole préventif n’est pas renforcé». Le porte parole du Cnapeste est en effet  alarmiste : «  les contaminations explosent». Il fait savoir que plusieurs établissements sont fermés actuellement citant l’exemple d lycée Abdelhak Benhamouda à Aïn El bénian.  Face à cette situation sanitaire exceptionnelle, les syndicats appellent à «mobiliser plus de moyens pour stopper les contaminations». Selon le Dr Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la Santé publique (SNPSP),«c’est une légère recrudescence des contaminations ; la situation n’est pas alarmante». Le président de l’association des parents d’élèves, le président de l’association des parents, Ahmed Khaled, a pour sa part appelé à «mettre les moyens nécessaires dans les écoles, notamment tests antigéniques, testeur de températures, ainsi que des masques pour les élèves qui n’ont pas les moyens de se les procurer».
Le Satef rassure
Mais le porte-parole du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), Boualem Amoura, rassure sur la situation épidémiologique qui «n’est pas inquiétante». «Il y a des foyers épidémiques dans certaines régions, mais il n’y a pas de quoi s’affoler», ajoute-t-il. Toutefois, le syndicaliste évoque le manque de statistiques fiables, en raison de l’absence de tests de dépistage PCR et antigéniques. «Il sera impossible de prendre des décisions appropriées, si on ne détient pas les chiffres réels des contaminations.» S’attardant sur ce volet, Boualem Amoura déclare : «Nous ne pouvons pas ainsi évaluer la gravité de la situation, appelant les pouvoirs publics à assurer «les tests PCR ou antigéniques gratuitement aux élèves et aux fonctionnaires de l’éducation pour évaluer le niveau de la pandémie dans les établissements».
Il regrette, à ce stade, l’indisponibilité des moyens nécessaires dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. «Aujourd’hui, un collège de 1.000 élèves et de 100 fonctionnaires a eu droit à 3 tests PCR!!!», s’indigne notre interlocuteur, qui craint une éventuelle recrudescence des infections au SARS-CoV-2 dans le milieu scolaire. Ne considérant pas nécessaire de suspendre les cours, il estime que les autorités sanitaires ont pris «une sage décision» en optant pour l’évaluation de la situation des établissements au cas par cas.
Samira Azzegag