Modernisation du système de santé : Le Premier ministre insiste sur une réforme profonde

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a appelé, ce samedi, à la réforme urgente du système de santé avec en tête l’introduction de la numérisation.

Dans une allocution prononcée à de l’ouverture des travaux d’une rencontre nationale sur la modernisation du système de santé, organisée sous le haut patronage du président de la République (8 et 9 janvier) au Centre international des conférences, à Alger, en présence des membres du gouvernement et du président du Conseil national économique, social et environnemental (Cnese), le Premier ministre s’est attardé sur la volonté des plus hautes autorités du pays de procéder à une refonte du système de santé, avec pour objectif de construire un nouveau système en mesure de satisfaire les besoins de la population.
Benabderrahmane a fait savoir que cette rencontre s’inscrit au titre d’une série de rencontres organisées par le gouvernement, en application des directives du président de la République dans le cadre des ateliers de grandes réformes structurelles engagées en 2021.
Selon lui, ce rendez-vous est une occasion de débattre tous les problèmes que rencontre le secteur et d’essayer de trouver des solutions pérennes et applicables sur le terrain. «Il est temps d’aller vers un changement de fond, en procédant d’abord à la révision de la carte sanitaire qui doit être basée sur des critères modernes, en prenant en compte les spécificités de chaque région et selon des données objectives de chaque région», a-t-il dit.
Feuille de route
La situation actuelle du secteur de la santé nécessite la mise en place de nouveaux mécanismes pour trouver le juste équilibre entre les régions du pays et pour une meilleure couverture sanitaire selon des standards internationaux.
Cette nouvelle feuille de route, a poursuivi le Premier ministre, a besoin d’un diagnostic approfondi pour aller vers un changement radical où le patient doit être au centre de cette refonte. Il a appelé à la mobilisation de acteurs concernés à mettre en place une nouvelle stratégie de santé nationale et de ne pas se concentrer sur les points négatifs.
«Nous attendons de vous des recommandations qu’on peut appliquer sur le terrain. Le citoyen algérien a besoin d’un changement réel et d’un service de qualité et de moraliser l’activité», a-t-il lancé.
Selon lui, la modernisation du secteur de la santé est une urgence nécessitant de nouveaux outils de gestion, comme la numérisation et la gestion rationnelle des ressources financières. «Tout le monde est au courant des problèmes que traverse ce secteur sensible, il est certain qu’il ne s’agit pas d’un problème de ressources financières, puisque l’Etat a mobilisé des moyens financiers colossaux et nous disposons de compétences humaines», a-t-il ajouté. Pour mettre un terme à toutes ces insatisfactions, un effort supplémentaire doit être déployé pour corriger toutes ces défaillances.
Samira Belabed