Rentabilité des nouveaux gisements : «D’autres tests sont nécessaires», selon Mebtoul

Ce n’est qu’au bout de trois à quatre tests qu’on pourra évaluer les capacités des nouveaux gisements d’hydrocarbures découverts dans le sud par le groupe Sonatrach et leur rendement, selon l’expert international en énergie, Abderrahmane Mebtoul.

Outre la découverte de gisements de pétrole à Touggourt et à El-Bayadh, le groupe Sonatrach a fait part d’une autre découverte, il y a près d’une semaine, dans la région du bassin de Berkine, à près de 300 km au sud-est de Hassi Messaoud. Seulement, d’après Abderrahmane Mebtoul, comme  la compagnie nationale n’a effectué qu’un seul test, il est encore prématuré de se prononcer sur la rentabilité de ce gisement. «La rentabilité peut être parfois décevante, car on peut tomber sur de faibles quantités utilisées uniquement pour la réinjection de récupération secondaire de pétrole. Il est nécessaire donc, avant de se prononcer sur le rendement des nouveaux gisements, de forer d’autres puits pour avoir une appréciation définitive», signale-t-il.
Des forages supplémentaires sont nécessaires, selon lui, pour affiner les résultats par des travaux de délinéation en forant d’autres puits, entre 3 à 5 au minimum. «La rentabilité dépend du coût de l’investissement engagé, et de l’évolution des prix du pétrole au niveau international», dit-il. Quand il y a découvertes de nouveaux gisements, explique-t-il, il faut se poser les questions qu’il faut, à savoir quelle est la durée de vie de ces gisements ? Quelles sont leurs capacités en termes de production ? «Dans ce point précis, il est important d’avoir une estimation de l’apport de ces gisements dans la production nationale et leur contribution dans l’augmentation celle-ci. Il faudra aussi évaluer ce qui restera comme volume une fois ces gisements mis en exploitation afin d’éviter leur épuisement», indique-t-il. Les deux autres questions à poser dans ce contexte sont : quel sera l’investissement global et le coût d’exploitation et quelles sont les recettes globales attendues sur les trois prochaines années ?
Farida Belkhiri