Retour sur la rencontre du chef de l’Etat avec la presse : Pouvoir d’achat, revu et corrigé

Le gouvernement poursuit sa démarche visant à prendre en charge l’amélioration du pouvoir d’achat des citoyens pris dans la spirale de la cherté de la vie.

Ainsi, plusieurs mesures ont été engagées dans ce sens. Après l’augmentation du salaire national minimal garanti à 20.000 DA, l’annulation de l’impôt sur le revenu global pour les salaires inférieurs de 30.000 DA, la revalorisation, récemment, des pensions des retraités, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, annonce une augmentation des salaires prévue d’ici la fin de 2022.De même, il est prévu de revoir à la hausse l’allocation chômage, étant un présalaire fixé à 13.000 DA et décrété en mois de mars dernier. Ces augmentations au profit de la classe ouvrière et des chômeurs sont censées entrer en vigueur à compter de janvier 2023.
Par ailleurs, il est envisagé de réviser les subventions destinées aux divers produits. Pour ce faire, une commission nationale sera érigée d’ici la fin mai prochain, où toutes les forces vives du pays, membres de l’Assemblée nationale, partis politiques et société civile, vont y prendre part. Il s’agit, souligne le président de la République, de sortir avec des décisions faisant consensus à même de faire profiter ces subventions aux catégories sociales qui en ont réellement besoin. Cette décision a été réitérée, à plusieurs occasions, par les spécialistes qui y voient la meilleure manière de concilier rationalisation des dépenses publiques et maintien du soutien social à bon escient.
Aussi, la création de postes d’emploi figure parmi les défis à relever par le gouvernement pour une insertion professionnelle maximale des demandeurs d’emploi. Dans ce sillage, des instructions du président Tebboune ont été données à l’effet de débloquer tous les projets d’investissement en suspens. Un dossier qui recense un nombre total dépassant les900 projets concernés par les procédures de «délivrance», dont le traitement avance à pas de géant. Selon les derniers chiffres avancés par le médiateur de la République, il en est à 877 projets qui ont décroché leur autorisation d’exploitation, générant de la sorte pas moins de 52.000 postes d’emploi.
A. Mehdid