Roulez moins vite

Après la publication par la  Protection civile du bilan des accidents de la circulation durant les quinze premiers jours du mois de Ramadhan, les appels et les campagnes de sensibilisation à travers les réseaux sociaux s’intensifient.

C’est que le  bilan est lourd.  59 personnes sont mortes et 1 742 autres ont été blessées. Les chiffres font ressortir aussi que 22% des accidents sont causés par l’excès de vitesse et le non-respect du code de la route.
Les images sur les  réseaux sociaux font peur d’autant plus qu’elles sont relayées et partagées par un grand nombre d’internautes. Sur sa page, l’Association «Tariq El Aman» a lancé une campagne de sensibilisation placée sous le slogan «Il vaut mieux arriver tard que jamais». Sur la  page des rappels quotidiens, sous forme de conseils sont publiés pour faire prendre conscience aux chauffeurs qu’il faut   réduire la vitesse, surtout avant la rupture du jeûne et d’éviter le stress au volant.
Ces campagnes innovantes ciblent  notamment les jeunes. «Les services de sécurité doivent trouver une approche nouvelle pour toucher davantage les jeunes dont beaucoup sont peu conscients des dangers de la route»,  écrit un internaute sur ladite page. La sécurité routière mise sur les réseaux sociaux pour faire évoluer radicalement et durablement les mentalités. «Tant qu’il y aura des morts et des blessés, des efforts supplémentaires sont fournis pour en finir avec cette hécatombe qui endeuille des milliers de famille pas uniquement durant le mois de Ramadhan, mais à  longueur d’année»,  commente un autre. Il faut savoir qu’une banale infraction au code de la route peut entraîner,  l’espace d’une seconde de véritables catastrophes.
Le but à travers la diffusion de ces images sur les réseaux sociaux est de réveiller les consciences et d’alerter sur les souffrances et drames que vivent les familles et les proches des victimes. La sécurité routière étant l’affaire de tous, l’Association nationale de bénévolat s’est associée à la  démarche. Les bénévoles  qui activent dans ses rangs se mobilisent  en diffusant des spots et dénoncent les  comportements dangereux sur la route.
Recourir aux réseaux sociaux permet d’élargir la discussion autour de cette triste réalité qui peut toucher n’importe qui. Ces initiatives sont un plus aux efforts déployés par les services de la sécurité routière pour sauver des vies sur les routes devenues des cimetières à ciel ouvert.
Samira Belabed