Rue de la liberté : Fidélité et loyauté

Depuis le 5 juillet dernier, jour phare de commémoration démonstrative, on ne peut mieux, il est empreint dans l’air cette consolidation du fait historique. Car, dans le sillage des festivités du soixantenaire, à travers, pour nous répéter —et ce n’est pas si mal—un défilé mémorable, resté dans les annales des haltes nationales, marqué à jamais par le seau de la sauvegarde de l’entité populaire et unitaire. «Ettalahoum» pour le bien et le meilleur.

Le rassemblement par les idées, les engagements et les décisions. A bon escient pour appréhender l’avenir. Entre l’administrateur et l’administré,  la courroie de transmission se fluidifie et se consolide. A mesure que le temps passe, des projets énoncés voient le jour et viennent concrétiser des annonces qui ne sont finalement pas claironnées pour faire bien mais bien pour les amortir sur le terrain. Comme programmées. Et cela ne fait que renforcer les liens avec la base qui voit et se voit propulsée vers un palpable. Le 5 Juillet est donc devenu ce même propulseur vers des événements d’ampleur égale et plus même puisque à long terme. Les festivités, en fait après avoir contribué à rallumer la flamme patriotique, ont vu raviver l’amour de la patrie et le soubresaut de la fibre patriotique. Avant même que les images historiques d’un défilé grandiose qui a ravi les cœurs et porté très haut l’admiration unanime ici et là-bas ne s’éteignent dans les esprits, voilà un autre événement qui,
s’arc-boutant aux festivités de la fête de l’indépendance et de la jeunesse, a ranimé ce regain d’appartenance à une nation libre et indépendante. Et Oran fait briller les couleurs nationales. Dont l’écho a traversé la Méditerranée, mère de l’union et de la force, épanouie par le rapprochement et le rassemblement que seul le sport peut réaliser. Et depuis, ce bel élan de l’Algérie portée très haut aux cimes se dessine à travers la valse des visites d’Etat, dans un échange constructif et modérateur.
Dans un esprit de bon voisinage, habillé à juste valeur de fidélité et de loyauté. Car, c’est ainsi que l’Algérie se construit depuis 60 ans et continue de s’édifier, à l’intérieur comme à l’extérieur. En honorant ses positions constantes comme relevé par experts et politiques. Car facteur de rapprochement entre les pays, de stabilité dans la région, de paix dans le continent, de communicateur transparent dans le monde, d’unificateur entre les peuples. Une belle aura qui n’a fait que se confirmer dans l’embellie de ce soixantenaire qui n’a pas fini de livrer tous ses engagements à honorer comme avancé. Le 1erNovembre n’est pas loin et avec  le grand rassemblement arabe qui draine sur son passage l’embellie d’un retour assurément bénéfique d’un pays nommé l’Algérie.
 Saliha Aouès