Rue de la liberté : Le soleil de l’indépendance

Par Saliha Aouès

Soixante ans. Mais qu’est-ce soixante ans dans la vie d’une nation ? Beaucoup ? Peu ? Peu importe. Ce qu’il faut retenir, c’est que l’indépendance est là. Plus de 40 millions d’Algériennes et d’Algériens en jouissent. Parfaitement. Soixante ans ? Une belle somme d’années. Plus qu’un symbole. Et justement au-delà de cette célébration, il est une reconnaissance chez chacun de nous. Depuis soixante ans, certes. Mais aussi tous les jours que Dieu fait. Oui, tous les jours, toutes les nuits, les heures, les minutes. C’est un peu comme ce cœur qui bat en nous. Tout le temps. Sans interruption. Une grâce que cette indépendance depuis soixante années qui accompagne ce travailleur à son bureau. Qui a un emploi, un objectif, un salaire régulier, une raison de vivre… Cet écolier qui voit se hisser les couleurs nationales tous les matins dans la cour de son établissement scolaire. Son drapeau bien à lui, qui flotte aux cieux. Et puis cette mère qui élève et éduque ses enfants sans cette peur au ventre qu’on vienne donner des coups de pieds dans sa chaumière. Cet agriculteur qui sème, récolte, mange du fruit de son labeur. De sa terre. Mais surtout de la force de ses bras dont il n’est pas spolié. Ce jeune appelé fier de se présenter sous les drapeaux et de participer à la sécurité de son pays. Cet artiste libre de ses émotions, de son inspiration, d’aimer et de glorifier son pays… Alors, soixante ans d’indépendance, c’est vraiment pas rien du tout. C’est beaucoup. Enorme. Mais en même temps si peu. Si jeune. Pour une patrie qui en a réalisé depuis. Et qui se construit, grandit et s’épanouit. Ce que l’Histoire retiendra encore des années et des années après. De génération en génération qui se donnent le témoin pour vivre mieux, exister, s’imposer, briller. Le crédo de l’Algérie aujourd’hui. Dans la continuité d’hier, dans la perspective de demain. L’Algérie a de quoi s’enorgueillir. Se faire respecter. Se faire aimer. De ses enfants d’abord et surtout. De ses jeunes. Dont c’est la fête aussi en ce 5 juillet inoubliable. Incontournable. Et c’est bien mérité. L’Algérie est ainsi faite. A partir de ce samedi et régulièrement, Horizons va aller au devant de celles et ceux qui font cette Algérie, passée et présente à jamais par l’Histoire différemment appréhendée pour être de cette belle entreprise, accompagner cette double fête de l’indépendance et de la jeunesse, avant le 5 juillet et après cette date nationale. Aux quatre coins du pays. Qui va se laisser conter. Se dire, témoigner et s’exprimer. Pleurer de joie. Pour mémoire. A la liberté. A la souveraineté.
 S. A.