Sahara occidental -Brahim Ghali: «La présence marocaine est une occupation militaire illégale»

Le  président de la République sahraouie, secrétaire général (SG) du Front Polisario, Brahim Ghali, a affirmé que la cause sahraouie, en dépit des tentatives hystériques de l’occupant marocain, conservait sa nature  juridique internationale grâce à la détermination du peuple sahraoui à arracher ses droits légitimes.

«La présence marocaine au Sahara occidental est une occupation militaire illégale comme l’a déjà affirmé la justice européenne en statuant que le Sahara occidental et le Maroc sont deux territoires distincts», a souligné Ghali dans une allocution prononcée, jeudi dernier, à l’occasion de la célébration du 46e anniversaire de la Journée du martyr aux camps des réfugiés dans la wilaya de Laâyoune.  Il a ajouté que le «Sahara occidental continue à consacrer sa place en  tant que membre fondateur de l’Union africaine (UA) tout en renforçant ses  relations à l’international». A cette occasion, Ghali a soutenu que la coopération de la partie  sahraouie avec les efforts de règlement menés par l’envoyé personnel du SG de l’ONU, ne pourrait se poursuivre au vu des politiques hostiles croissantes de l’occupant marocain. «l’ONU doit assumer sa responsabilité dans la décolonisation de notre pays et la protection des citoyens sahraouis sans défense», a-t-il déclaré. Le président Ghali a appelé, dans ce contexte, l’UA à agir pour le règlement du conflit opposant la République sahraouie et le Maroc dans le cadre du respect de la charte constitutive de l’Union africaine, notamment le principe de l’intangibilité des frontières héritées aux indépendances. Tout en appelant l’UE, particulièrement la France et l’Espagne, à la nécessité de respecter les dispositions du droit international, du droit international humanitaire et les décisions de la CJUE, «nous rappelons à l’Espagne, en tant que force coloniale et puissance administrante du Sahara occidental, ses responsabilités politiques, juridiques et morales envers le peuple sahraoui, des responsabilités  imprescriptibles qui ne sauraient s’effacer par le soutien des politiques expansionnistes du Maroc», a-t-il souligné. «Depuis le 13 novembre 2020, notre guerre de libération a franchi une nouvelle étape marquée par la poursuite du combat armée», a fait savoir le Président sahraoui. Le président Ghali a mis l’accent sur l’impératif de riposter aux agressions marocaines sur tous les fronts par le renforcement des capacités de l’Armée populaire de libération sahraouie et le développement des méthodes de résistance dans les territoires occupés et l’intensification de l’action diplomatique, judiciaire, médiatique et culturelle.