Sahara occidental : Le dernier rapport de la Commission de l’UE, une « défiance » à la justice

L’ignorance de la Commission de l’Union  européenne (UE) pour le peuple sahraoui, en évitant de le désigner comme entité distincte dans son dernier rapport sur l’accord commercial UE/Maroc, est une « défiance » pour les décisions de la Cour de justice  européenne (CJUE) sur la non souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental et l’inapplicabilité dudit accord, a soutenu Western Sahara Ressource Watch (WSRW).

 Dans un article publié ce mardi sur son site, l’Organisation a fait observer que la Commission européenne n’a fait, dans son rapport 2021 sur les prétendus « avantages » pour le peuple sahraoui sur l’extension des  préférences tarifaires aux produits du Sahara occidental, « aucune référence au terme « peuple », ni aucune clarification selon laquelle la « population » et le « peuple » du Sahara occidental sont deux concepts différents », notant que « la Commission s’est adressée uniquement à la population du Sahara occidental – qui sont principalement des colons marocains ».
    « La CJUE a fait valoir en 2016 que puisque le Sahara occidental est un territoire séparé et distinct du Maroc et que ce dernier n’a pas de  souveraineté ou de mandat d’administration sur le territoire, les accords bilatéraux UE-Maroc ne peuvent légalement affecter le Sahara occidental qu’avec le consentement du peuple du territoire », a rappelé WSRW.
« La Commission européenne a défié, relève, en outre, Western Sahara Ressource Watch, sa haute juridiction, en se permettant d’effectuer, en contradiction avec les décisions de la CJUE (…) une visite technique avec le Service d’action extérieure de l’UE (la branche des affaires étrangères de l’Union) dans la région de Dakhla-Oued ed-Dahab au Sahara occidental occupé du 21 au 23 septembre 2021 ».
Pour rappel, le rapport de la Commission européenne évoquant un prétendu « bénéfice » qu’aurait tiré le peuple sahraoui de ses richesses, a été rejeté catégoriquement samedi par le représentant du Front Polisario en Europe et auprès de l’Union européenne, Oubi Bouchraya El-Bachir. Il a, en outre, déploré « le parti pris de la Commission européenne en faveur du Maroc qui continue à faire fi des décisions des Cours de justice,  à commencer par l’arrêt de la Cour de justice européenne de 1975 ».