Sahara occidental : Les membres du Conseil de sécurité réitèrent leur soutien aux efforts de Staffan de Mistura 

Les membres du Conseil de sécurité ont renouvelé mercredi leur soutien aux efforts de l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, visant à relancer le processus de négociation politique entre les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc.

Au cours de la session consacrée à l’examen des derniers développements au Sahara occidental, l’envoyé onusien s’est félicité du « large soutien qu’il a reçu, pour la relance du processus politique », relevant que « tout le  monde a soutenu (ses) efforts » pour relancer le processus de négociation visant à trouver une solution à ce conflit.
A l’issue de la réunion du Conseil de sécurité, Staffan de Mistura a en outre annoncé qu’il entamerait prochainement une nouvelle tournée dans la région pour tenter de faire avancer le processus de paix visant à résoudre le conflit au Sahara occidental occupé. Selon des sources diplomatiques, l’émissaire onusien n’a pas précisé la date de son déplacement dans la région, ni les lieux où il comptait se rendre.
Lors de sa prochaine visite, De Mistura effectuera sa deuxième tournée dans la région depuis sa nomination en octobre dernier en tant que nouvel envoyé personnel au Sahara occidental, en remplacement de l’ancien président allemand, Horst Kohler qui a démissionné le 22 mai 2019. De Mistura avait effectué une tournée dans la région entre le 12 et le 19 janvier 2022, partant du Maroc, puis visitant les camps de réfugiés  sahraouis avant de se rendre en Mauritanie et en Algérie en tant que pays voisins, comme le stipule le plan de règlement de l’ONU.
La réunion s’est tenue en application du paragraphe 10 de la résolution 2602 (2021) adoptée par le Conseil de sécurité le 29 octobre 2021, demandant au secrétaire général de tenir des briefings réguliers, dans les six mois suivant la date de renouvellement du mandat de la Minurso (Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental), sur la mise en œuvre de ladite résolution et sur les défis auxquels sont confrontées les opérations de la mission onusienne et les mesures prises pour y faire face.
A la veille de la rencontre, le représentant du Front Polisario auprès de l’ONU et coordonnateur avec la Minurso, Sidi Mohamed Omar, a rencontré Staffan de Mistura à New York, où il l’a informé sur la position du Front Polisario concernant le processus de paix des Nations unies au Sahara occidental. Par ailleurs, le président de la République sahraouie, secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali a fait part, dans une lettre qu’il a adressée au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, avant la réunion du Conseil, de la condamnation par les autorités sahraouies de  « la poursuite des actes atroces et inhumains perpétrés par les autorités d’occupation marocaines contre les civils sahraouis et les militants des droits de l’homme dans les territoires occupés ». Il a notamment lancé un appel urgent pour « actionner la responsabilité  juridique et morale des Nations unies envers le peuple sahraoui, en particulier les civils et les militants des droits de l’homme dans les  territoires occupés, ce qui nécessite l’utilisation de mécanismes internationaux de protection et des mesures pratiques pour assurer sa sécurité, y compris la création d’un mécanisme indépendant et permanent des  Nations unies pour protéger les droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés ».