Sahara Occidental : Tebboune veut « en finir avec le dernier foyer colonial »

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a appelé ce mardi à la coordination des efforts africains en vue de cristalliser une solution durable au conflit au Sahara Occidental, dernière colonie en Afrique.
Dans son allocution lors de la réunion, en visioconférence, du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union Africaine (UA) au niveau des chefs d’Etats et de gouvernements, le Président Tebboune a déclaré : « l’occasion nous est donnée aujourd’hui d’examiner la situation grave au Sahara Occidental avec l’espoir de voir nos délibérations aboutir à des mesures concrètes et efficaces pour cristalliser une solution durable à ce conflit, qui n’a que trop duré mais qui ne saurait avoir de délais de prescription ».
Rappelant la position constante de l’Algérie vis-à-vis de la cause de décolonisation au Sahara Occidental, le président de la République a appelé à la coordination des efforts et à l’action pour mettre fin à la crise au
Sahara Occidental. Il a ajouté que « l’Afrique qui a vaincu l’occupation européenne par sa lutte politique et armée parfois et qui est venue à bout de l’Apartheid, se doit aujourd’hui d’en finir avec le dernier foyer colonial ». « L’échec du cessez-le-feu suite à la violation d’un accord en vigueur depuis 1991 et l’escalade dangereuse que connait le conflit au Sahara occidental n’est que la résultante de décennies de politique de blocage et de ralentissement systématiques des Plans de règlement, de contournement du processus de négociations et de tentatives récurrentes d’imposer le fait accompli dans le territoire d’un Etat membre fondateur de l’UA », a fait observer le Président Tebboune dans son allocution.
Un autre point a été abordé et examiné lors de cette réunion du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union Africaine (UA): les changements climatiques et leurs impacts sur la paix et la sécurité en Afrique. Le Président Tebboune a insisté sur le respect de l’accord cadre des Nations Unies sur le climat, et a émis le vœu de voir « l’Union africaine créer un fonds spécial dédié aux catastrophes dues aux changements climatiques et auquel prendront part les pays africains les plus aisés, avec l’aide du Secrétaire général des Nations unies, du Conseil de sécurité et de toutes les parties concernées par les changements climatiques », ainsi qu’un cadre continental pour guider l’action collective au sein de l’UA sur le climat. Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA), a approuvé la proposition de l’Algérie de créer ce fonds spécial pour la prise en charge des effets négatifs du changement climatique. Le CPS a indiqué, sur son compte twitter, « avoir convenu d’établir un fonds spécial sur le changement climatique ainsi qu’un cadre continental pour guider l’action collective au sein de l’Union ». Il a également souligné l' »impératif d’une réponse collective, développementale et transformationnelle de l’Afrique au changement climatique ».