Saïd Boukhelifa, président du Syndicat national des agences de tourisme (Snat) : «Le Sitev servira à promouvoir les richesses multiples du pays»

La 21e édition du Salon international du tourisme et des voyages (Sitev) est qualifiée de rendez-vous «incontournable» des professionnels du tourisme, puisqu’elle leur permet la promotion de leur produit touristique, un partage d’expériences et d’établissement de relations professionnelles. C’est aussi une opportunité de promouvoir le tourisme domestique.

Quel est le rôle et l’importance du Salon international du tourisme et des voyages ?
Il s’agit d’une des principales manifestations touristiques organisées par notre pays. C’est un rendez-vous incontournable des professionnels du tourisme, des opérateurs du tourisme, des partenaires sociaux du tourisme et des visiteurs nationaux et étrangers. ça permettra des échanges et un partage d’expériences, et d’établir des relations professionnelles entre professionnels hôteliers et agences de voyages, le public, quant à lui viendra s’enquérir des tarifs et destinations. En effet, ce rendez-vous caractérisé par une importante participation d’opérateurs nationaux et internationaux est une occasion pour découvrir de nouvelles offres de vacances pour les amateurs du tourisme. Mais en même temps, il s’agit d’une opportunité pour la promotion de la destination touristique Algérie envers les nationaux. Aussi, lors de ce Salon, il y a des organismes étrangers qui viennent faire la promotion de leur tourisme comme l’Office du tourisme tunisien.
Que faut-il attendre de ce Sitev ?
Les agences de voyages et les hôteliers attendent des contrats de partenariat, une promotion de leur label, et font connaître leur produit touristique et leurs régions. L’ONT, quant à elle, attend des retombées promotionnelles de la destination Algérie vis-à-vis des nationaux pour un tourisme domestique.
Le tourisme joue-t-il chez nous un rôle moteur dans la croissance économique ?
Le tourisme ne représente que 1 à 1,5 du PIB national.
Peut-il jouer un rôle dans l’économie nationale ?
Oui, c’est le cas,il peut jouer un grand rôle compte tenu des potentialités touristiques. Mais pour le moment, ce n’est pas le cas, c’est ce qu’on appelle une richesse dormante et inexploitée.
Quelle est la conduite à tenir pour améliorer la situation du tourisme dans notre pays ?
Avec une volonté politique, le tourisme algérien évoluera dans le bon sens. Rappelez-vous dans les années 1970, il y avait une volonté politique et l’Algérie était une bonne destination touristique en Méditerranée.
Comment devrait se manifester la volonté politique ?
 Par une implication de l’Etat et du gouvernement. Il y a jusqu’à 12 ministères concernés par le développement du tourisme dans le cadre d’une intersectorialité. A titre d’exemple, on peut citer les ministères des Transports, de la Culture, des Collectivités locales, tous doivent travailler en collaboration  pour améliorer le produit touristique national.
Propos recueillis par Fatma-Zohra Hakem