Salon de l’électricité : les jeunes porteurs de projets en force

Le Salon de l’électricité et des énergies renouvelables, qui a ouvert ses portes lundi, a connu la participation de nombreuses start-up et jeunes innovateurs, venus exposer leurs projets aux différents visiteurs professionnels et industriels.

Exposant aux côtés d’entreprises de renom et de professionnels du secteur énergétique, les jeunes entrepreneurs œuvrant dans le secteur des énergies renouvelables ont pu échanger et décrocher des opportunités d’emploi et de financement. Abdelhalim Souki, gérant de sa propre start-up, est venu de Skikda. Il expose son projet d’énergie électrique «Eco Energie» pour l’amélioration de l’éclairage public. «Nous avons développé un éclairage extérieur pour les espaces publics à lumière LED, plus économique et durable. Il est possible d’avoir un retour sur investissement pour les clients en une année seulement et d’engranger des bénéfices», lance ce jeune entrepreneur, qui a également décroché le prix de la meilleure innovation 2021 et celui de l’année précédente. Une autre porteuse de projets, Assia Allal, propose en freelance un mini-appareil à énergie solaire. «Il est possible de recharger votre téléphone, tablette ou tout autre appareil électronique grâce à ce chargeur qui fonctionne à l’énergie solaire», explique-t-elle. Selon elle, à voir les prix des produits importés proposés sur le marché, son innovation pourra facilement trouver preneur. «Je souhaiterais proposer ce chargeur solaire à un prix très raisonnable, défiant toute concurrence. Je suis à la recherche d’investisseurs qui pourraient se joindre à l’aventure», espère-t-elle. Le SEER a vu, hier, plusieurs jeunes porteurs de projets se croiser et faire connaissance. Abdelkader Hadj Dida, chercheur à l’Agence spatiale algérienne à Oran, et Mustapha Samir Laoufi de Sidi Bel Abbès, chef d’entreprise, se sont rencontrés au Salon. «Je suis gérant de Solec, une start-up qui travaille sur le projet d’une centrale solaire», confie Laoufi. «Nous avons fait connaissance et nous espérons collaborer ensemble. Nos secteurs d’activité sont complémentaires», explique-t-elle.
Walid Souahi