Salon national de l’enseignement supérieur : Le développement en point de mire

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a procédé, ce mardi à Alger, à l’ouverture officielle du Salon national de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des produits scientifiques.

Ce salon s’étale sur deux jours, les 28 et 29 juin à l’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediene (USTHB) de Bab Ezzouar, avec la participation de dix universités algériennes de différentes régions du pays. En outre,  des espaces interactifs sont animés par trois clubs scientifiques de renom en plus du club scientifique de l’USTHB.
A cette occasion,  Benziane a affirmé que le  secteur s’emploie à instaurer un enseignement de qualité, parallèlement à la consécration de la culture de l’entrepreneuriat dans l’objectif de construire une économie du savoir et réaliser la relance économique escomptée.  Dans ce cadre, il a annoncé un important programme de financement de la recherche dans tous les domaines liés à la science, à la technologie, à la numérisation et à l’intelligence artificielle, ainsi qu’aux sciences humaines et sociales. Et c’est dans cette optique que le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (Cread) a présenté un aperçu sur les réalisations du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique durant les 60 ans d’indépendance.
« Le salon est un espace d’échange d’expériences et de connaissances à travers l’exposition de 150 produits scientifiques représentant les meilleures réalisations des laboratoires de recherche des universités algériennes dans le domaine de l’innovation et des solutions scientifiques dans divers domaines», a souligné de son côté le recteur de l’USTHB, Djamel Eddine Akretch, ajoutant que les participants mettent en avant la contribution de l’Université algérienne à l’édification de la nouvelle Algérie.
Clou de la journée, des prix ont été décernés aux lauréats du concours national de la meilleure réalisation sur le thème de la mémoire nationale (meilleure thèse de doctorat). Le premier prix est attribué au Dr Ali Kchachni (université de Sidi Bel Abbès). Le 2e prix est revenu au Dr Abdelhafid Baïli (université de Guelma). Le 3e prix est accordé au Dr Ouahid Bouzidi (université de Chlef).
Par ailleurs, un court-métrage et un documentaire ont été projetés de l’université de la formation continue (UFC), présentant un bilan des principales réalisations et les étapes importantes qu’a connues le secteur de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique depuis l’indépendance (1962-2022).
Samira Sidhoum