Salon professionnel de la production agroalimentaire : 500 exposants au rendez-vous

Après trois ans d’absence due à la Covid-19, le Salon professionnel de la production agroalimentaire(Djazagro) revient en force avec plus de 500 exposants, dont 70% sont des opérateurs étrangers venant de 25 pays,à l’image de l’Italie, la Turquie, l’Espagne, la France, l’Allemagne, la Tunisie, l’Inde,   la Suisse…Les producteurs nationaux, au nombre de 118, spécialisés dans l’équipement, les produits finis, les ingrédients, les arômes et autres boissons sont également présents à ce rendez-vous économique.
Cette 19eédition,inaugurée hier au Palais des expositions, à Alger, donne le tempo sur l’évolution du secteur de l’agroalimentaire. Une petite virée permet de constater que ce dernier est florissant et offre des opportunités d’affaires à forte valeur ajoutée. «C’est le salon de la reprise. Il y a eu un engouement de la part des opérateurs producteurs, et nous tablons sur un nombre de visiteurs professionnels de 20.000 durant les quatre jours de la manifestation. Le secteur de l’agroalimentaire se porte plutôt bien. C’est le secteur industriel le plus dynamique. Il constitue la locomotive de l’industrie et présente un grand potentiel d’investissement et un savoir-faire algérien», a souligné Nabil Bay Boumezrag, directeur général de promotion Algérie, en charge de la co-organisation de l’édition de 2022 avec Comexposium, du côté français. Djazagro est répartie en cinq grands secteurs, à savoir le process, le conditionnement et emballage, les ingrédients, les produits alimentaires et les boissons, l’hôtellerie et restauration et enfin la boulangerie et pâtisserie. Le Salon offre à ses visiteurs, au pavillon central, un espace tendance et innovations. C’est un espace qui leur permet d’avoir des échanges avec des experts et de découvrir les innovations et nouvelles tendances du marché. Un concours Djaz’Innov est la toute nouveauté de ce Salon qui retient 21 dossiers sélectionnés de 5 pays (Algérie, Allemagne, France, Espagne et Italie).La Boulangerie de Djazagro est un espace qui présente «des équipements en fonctionnement couvrant l’intégralité du process en fabrication de baguettes, pains spéciaux…La particularité cette année est que ce Salon intervient au moment où un nouveau code de l’investissement est en cours d’adoption. Même si leur présence se limite pour l’instant à l’aspect commercial, les participants étrangers s’en réjouissent. Pour la plupart, le marché algérien reste le plus important en Afrique. Emmanuel Bole, manager d’une fabrication espagnole d’autoclaves pour la stérilisation et la pasteurisation des produits alimentaires ou pharmaceutiques, est un des fidèles de Djazagro. C’est sa troisième participation. Le marché algérien est «très juteux». «C’est le marché le plus intéressent en Afrique du Nord en termes de population. Nous sommes déjà présents sur le marché algérien», a-t-il dit, tout en saluant l’élaboration d’un nouveau code de l’investissement. «Ce qui est important, c’est d’avoir une stabilité. Le principal enjeu pour nous est l’accès aux financements sans des taux d’intérêt complètement prohibitifs et d’avoir plus de lignes de crédits», a-t-il dit. Baran est une entreprise turque spécialisée dans l’emballage flexible et les sacs en papier. «Nous sommes sur le marché algérien depuis plus de quatre ans. C’est un marché qui évolue bien», a lancé Zakaria Sassi, son représentant en Algérie.
Du côté des producteurs algériens, l’objectif de leur participation étant de renouer le contact avec les clients et présenter leur nouveauté. La responsable export du groupe La Belle, Mme Rebia, souligne que ce Salon permet «une reprise de contact avec nos fournisseurs et clients. «La Belle est connue pour une large gamme de produits à laquelle viendra s’ajouter nos produits de conserverie.» En marge de l’exposition, des conférences thématiques sont programmées tout au long des quatre jours qui traiteront de l’emballage, des tendances nutrition, de la filière céréalière, entre autres.
Wassila Ould Hamouda