Santé : Vers un système qui répond aux attentes des Algériens

Les participants aux différents ateliers du séminaire national sur la modernisation du système de santé ont plaidé, ce dimanche à Alger, pour un système de santé «moderne» à même d’assurer une meilleure prise en charge médicale aux Algériens et répondre à leurs attentes.

A l’issue des huit ateliers du séminaire national sur la modernisation du système de santé, organisé par le ministère de la Santé, les 8 et 9 janvier, au Centre international des conférences, les participants ont plaidé pour la mise en place d’un système de santé «moderne» à même d’assurer aux Algériens une bonne prise en charge et aussi de leur éviter d’aller se soigner à l’étranger par les compétences algériennes ayant quitté le pays.
Pour l’atelier «Prévention, promotion et protection de la santé», les participants ont recommandé la «numérisation du système de santé dans le domaine de la prévention, la création d’un service de contrôle sanitaire au niveau des postes frontaliers», ainsi que l’intégration de l’éduction sanitaire dans les programmes scolaires de tous les paliers.
Les participants ont mis l’accent sur le renforcement du rôle des comités communaux de la prévention et la mise en place d’un système informatique dans le domaine de la prévention, suggérant également la création d’une instance de veille sanitaire.
Quant à l’atelier «Gouvernance et gestion des établissements publics de santé», les experts ont plaidé pour l’élaboration d’un nouveau code des marchés publics et la mise en place d’une nouvelle carte sanitaire qui englobe toutes les régions du pays et prendre en considération leurs particularités, appelant ainsi à renforcer le partenariat entre les secteurs publics et privés.
Le management, la gestion moderne et le renforcement de l’utilisation des nouvelles technologies dans les établissements de santé figurent aussi parmi les recommandations émises par le même atelier, appelant surtout à la diversification des sources de financement.
Dans l’atelier consacré aux «métiers et professionnels de la santé», les participants ont recommandé que tous les statuts particuliers des différents corps du secteur de la santé soient revus, ainsi que la publication des textes d’application prévus dans la loi sanitaire de 2018.
Ils ont demandé la mise en place d’un système d’indemnisation pour la mise en valeur des efforts consentis par les professionnels du secteur, insistant également sur le versement des primes d’encouragement au profit des cadres du secteur, notamment ceux exerçant dans les wilayas du Sud et les Hauts-Plateaux.