Scouts musulmans : Eclaireurs de valeurs

Les Scouts musulmans algériens (SMA) collent à l’histoire, la grande. Celle de l’Algérie combattante, post-indépendante et édificatrice. Un pays qui a vu ses jeunes enfants imprégnés du sens du patriotisme. Eux qui se sont mis au devant de la scène pour accompagner les moudjahidine dans leur lutte pour l’indépendance de la patrie. Les louveteaux, comme on les nomme, se sont engagés, déterminés à se mouvoir dans la Révolution eux aussi et démontrer que tout le peuple est acquis à la libération du pays quelque en soit le prix à payer. Les jeunes scouts ont participé à travers des manifestations internationales pour porter devant le monde la réalité d’une nation jalouse de son indépendance et de son combat libérateur. Une mission qui ne s’est pas arrêtée là, puisque les scouts sont restés fidèles au serment de participer à l’édification de l’Algérie indépendante et de la concrétisation de ses idéaux. Avec ce haut principe de l’unité populaire cimentée par une solidarité à toute épreuve. Ses membres écumant aujourd’hui le terrain de leur présence et de  leur contribution dans toutes les manifestations unificatrices et progressistes.

« Ne compter que sur soi-même, s’instruire et s’appuyer sur les valeurs sociales, traditionnelles et religieuses ». C’est le triptyque même qui a permis au père du mouvement scout national en l’occurrence Mohamed Bouras  d’engager au milieu des années 1930 une réflexion globale adaptée à un contexte sociopolitique algérien où d’ores et déjà apparaissait certes dans une forme sans doute encore confuse un malaise populaire général. Toutefois à cette époque le terreau s’y prêtait idéalement avec en gestation des luttes politiques qui se préparaient. Et, donc bien au-delà du concept universel initié par l’Anglais Baden Powell et en grande partie axé sur des valeurs communes telles l’éducation physique et la morale, les objectifs du mouvement scout national avait une dimension strictement politique dans la mesure où étaient directement impliqués la fidélité à la patrie et l’observation des principes de l’Islam.
Et, comme dans un parfait alignement de planètes ne s’agissait-il justement pas là d’objectifs convergents et immuables de l’ensemble des populations algériennes d’est en ouest et du nord au sud faisant en sorte que telle boule de neige, parti d’Alger avec la section Al Farah le mouvement allait prendre de l’ampleur jusqu’à nourrir l’esprit des jeunes, éveiller encore plus les consciences pour dessiner carrément les contours du soulèvement populaire du 8 mai 1945, immortaliser l’évènement et en faire l’Histoire avec le décès du premier martyr de ce grondement populaire national à travers Bouzid Saal un…scout. Dés lors, les scouts algériens ne pouvaient désormais que s’inscrire, voire étaient condamnés à faire de la libération de l’Algérie leur seul combat et de fait rejoindre le maquis pour alimenter les rangs de l’Armée de libération nationale. Initialement cimentés par le choix des armes pour arracher l’indépendance du pays, le respect de l’Islam, la famille à partir de 1962 le mouvement scout faisait de la recherche de la paix et de la fraternité son cardinal credo.
Bien entendu, à l’époque actuelle d’aucuns conviendraient que le scoutisme n’est plus ce qu’il était et c’est heureusement bien loin d’être l’apanage de notre seul pays mais il n’en demeure pas moins que  cette forme de vie communautaire, son organisation, ses objectifs et les idéaux de ceux qui en ont fait partie et qui jusqu’à ce jour y sont inlassablement et surtout pour ce qu’ils ont fait et contribué en l’essor de l’Algérien ne laissera jamais indifférentes les générations qui ont eu l’heur et le bonheur de connaitre.
Abdelhamid Lemili
 
Commentaire : À l’école du patriotisme
Le mouvement des scouts est répandu à travers le monde, dans de nombreux pays et s’il est ancré dans les sociétés, c’est en raison vraisemblablement, des principes qui constituent sa création et qui ont généré son succès et sa réputation, à savoir le sens de la solidarité, le respect d’autrui, l’entraide et autres éclosions de sensibilités, voire de passion pour l’art, notamment.
En Algérie, le mouvement des scouts a sa spécificité dans la mesure où sa création en 1935 par Mohamed Bouras est intervenue dans un contexte politique et social particulier, marqué par le colonialisme français.
Ainsi, même sile mouvement des scouts algériens, par essence, reste dans la même sphère que le scoutisme mondial, il est devenu, par obligation, sinon par nécessité, une école du patriotisme par excellence!
Un nombre important de martyrs algériens, de moudjahidine et de nos héros sont ou étaient issus du mouvement des scouts algériens. C’est une réalité historique que personne ne peut nier aujourd’hui au risque de se faire remonter les bretelles.
Il y a eu une participation active du mouvement des scouts algériens durant la Guerre de libération nationale. Ce creuset a été et reste encore une école du nationalisme même si actuellement son attrait s’effiloche pour des raisons qui restent encore à déterminer quoique nous pensons que le changement des mentalités y est pour quelque chose.
Nous avons en mémoire que durant les premières années de l’indépendance, il y avait des sections de scouts dans tous les quartiers des villes du pays.
Dans ces espaces, nombreux adhérents ont découvert les règles de la vie en groupe, la discipline, la propreté et l’hygiène, le camping mais aussi les chants patriotiques et ont acquis quelques notions de théâtre. Le scoutisme a suscité des vocations, Mohamed Lamari et Samy El Djazaïri, pour ne citer que ces deux chanteurs, ont appris le chant avec les scouts.
Des années durant, le mouvement des scouts a aussi été une seconde école pour les Algériens démunis qui venaient pour des cours d’appoint donnés par des bénévoles. C’était certainement une époque qui avait ses valeurs et le scoutisme les défendait bien. A commencer par la religion avant que des gens malintentionnés investissent le champ pour semer leurs idées politiques sous couvert de l’islam. C’est pourquoi, la vigilance est toujours de mise.
Abdelkrim Tazaroute