Semaine de la libération de l’Afrique : Le FemWise-Africa met l’accent sur la lutte du peuple sahraoui

Le Réseau panafricain des médiateurs femmes  (FemWise-Africa) en Algérie organise, ce samedi, par visioconférence, une conférence continentale dans le cadre de la manifestation «Semaine de la libération de l’Afrique», consacrée au conflit au Sahara occidental, en tant que dernière colonie en Afrique.
La représentante de FemWise-Africa en Algérie, Mme Fatma Messaoud a indiqué qu’en plus de cette activité, le réseau a organisé plusieurs séminaires dans plusieurs pays africains dans le but de mettre en avant le potentiel et la capacité de l’Afrique à gérer ses affaires internes, en rejetant toute forme d’ingérence étrangère pouvant menacer sa sécurité et sa stabilité.
À l’instar des autres pays africains, l’Algérie a choisi de célébrer l’évènement sous le thème «Journée de la libération de l’Afrique  du point de vue algérien: étude du cas du Sahara occidental», a précisé MmeFatma Messaoud. Plusieurs personnalités influentes au niveau africain devaient participer à la rencontre. Il était prévu pour mettre l’accent sur le rôle leader de l’Algérie dans le soutien des mouvements de libération à travers l’histoire, en se focalisant sur le conflit au Sahara occidental, dernière colonie en Afrique.
Les intervenants, en l’occurrence des enseignants, des juristes et des  diplomates ont prévu de débattre de plusieurs thèmes, dont «L’Algérie, une diplomatie au service de la libération de l’Afrique», «Le rôle de la femme africaine dans la conscientisation de l’Afrique», outre «Le rôle de la société civile dans l’édification de la sécurité et de la stabilité en Afrique».
Mme Messaoud a rappelé «les souffrances continues du peuple sahraoui soumis aux pires sévisses, saluant la résistance des femmes sahraouies, en dépit des agressions et des pires formes de violence (viol…) qui leur sont infligées par les forces du makhzen.
Créé en juillet 2017 par une décision de la 29e Session de la Conférence de l’Union Africaine (UA), FemWise-Africa a organisé sa première assemblée générale la même année (2017) à Constantine. Le réseau est placé au sein de l’architecture africaine de paix et de sécurité (APSA) en tant que mécanisme subsidiaire du Groupe des Sages et du Réseau Panafricain des Sages.
Ce réseau à caractère gouvernemental, composé de femmes africaines de haute personnalité, a pour objectif l’enracinement des efforts de l’UA pour intégrer les femmes aux négociations sur la prévention des conflits et la médiation à tous les niveaux.
La journée du 25 mai a été désignée Journée mondiale de l’Afrique pour commémorer la  création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), ancêtre de l’actuelle Union africaine (UA), en 1963 à Addis-Abeba en Éthiopie. Même si sa devancière a disparu pour lui céder la place en 2002, l’UA continue aujourd’hui de célébrer le 25 mai afin de perpétuer l’héritage de l’OUA, qui s’est fortement enraciné dans l’ensemble des pays africains. Cette journée a pour but de souligner symboliquement la nécessité de renforcer l’unité et la solidarité des États et des peuples africains. Elle représente le symbole du combat de tout le continent africain pour la libération, le développement et le progrès économique.