Amis de la Révolution nationale : L’Algérie n’oublie pas

Le ministère des Moudjahidine et des Ayants droit, en coordination avec le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale, a organisé, ce mardi à Alger, un Colloque international des amis de la Révolution algérienne, sous le thème «La Révolution algérienne, source de rayonnement  des valeurs humaines, pont d’amitié entre les nations».

Dans son intervention, le ministre des Moudjahidine et des Ayants droit, Laïd Rebiga, a mis en exergue les valeurs humaines dans les fondements de la Révolution et leur rôle dans la consolidation des relations avec les nations du monde. Il a mis en lumière la contribution des amis de la Révolution au soutien de la lutte du peuple algérien pour sa libération. «La Révolution algérienne est un foyer de rayonnement des valeurs humaines et un pont d’amitié entre les nations, qui exprime la fierté de l’Algérie pour l’apport de ces hommes et ses femmes à notre Révolution et à la défense de notre juste cause», a-t-il dit. «Vous avez gravé vos noms en lettres d’or dans les cœurs et les esprits des Algériens. Vous avez gagné, grâce à vos immenses sacrifices pour notre cause juste, notre amour et gratitude à un moment où notre Révolution avait grand besoin de ceux qui la soutiennent et apprécient les sacrifices de ses chouhada à leur juste valeur. Vous étiez les artisans de sa gloire et un  modèle d’héroïsme, de sacrifice, de soutien et de défense des idéaux suprêmes», a-t-il encore  soutenu.
Il a ajouté que l’Algérie se prépare pour les célébrations commémorant le 60e anniversaire de la fête de l’indépendance, venue après une glorieuse Révolution de libération et qui a résonné à l’échelle mondiale et inspiré les  peuples du monde. Le ministre a également ajouté que l’Algérie, aujourd’hui et demain, est fière du rayonnement de sa glorieuse Révolution et honorée du respect qu’elle se soit acquis et a su maintenir par son engagement pour toutes les causes justes. Les principes énoncés dans la déclaration de Novembre 1954, le monde entier, s’inscrivant dans le cadre général des luttes des peuples. Il a indiqué que le peuple algérien restera fidèle aux nobles principes sur lesquels la Révolution a été fondée et notre gratitude aux faiseurs des amis de la Révolution algérienne et à la préservation de leur message qui restera  éternel.
Pour le ministre, cette rencontre internationale s’inscrit dans le cadre du programme du président de la République, qui accorde une importance soutenue à l’histoire et à tout ce qui est en relation avec la mémoire. Dans une lettre de fidélité, le ministre dira que la contribution et le soutien sans faille des amis de la Révolution sont inscrits en lettres d’or dans notre histoire. «Vous avez été le parfait  exemple de sacrifice et de soutien des principes de paix et de valeurs humaines dans le monde. Vos positions demeureront vivaces dans notre mémoire éternelle, resteront à jamais  gravées dans nos cœurs et demeureront une lumière qui  éclairera  notre chemin et  définira notre avenir», a dit le ministre. «L’Algérie  n’oubliera pas votre apport et engagement à côté de notre peuple. L’Algérie qui a connu les affres du colonialisme restera fidèle aux messages de ses martyrs et aux principes et  valeurs nobles  du 1er Novembre et continuera à défendre toutes les causes justes pour faire régner la paix dans le monde», a-t-il poursuivi.
Il a révélé que l’un des objectifs les plus importants que son département ministériel espère atteindre en organisant le colloque est de travailler sur le transfert de l’expérience des amis de la Révolution aux générations futures. Le ministre a également souligné que la Révolution algérienne s’est caractérisée par ses principes et ses valeurs dès la première déclaration de Novembre, outre la coexistence pacifique et le bon voisinage.
Rendez-vous historique par excellence
Pour sa part, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Rachid Chakib Kaïd, a qualifié l’événement de «rendez-vous historique par excellence». «Il s’inscrit dans le cadre des grandes festivités de la commémoration du 5 Juillet, fête de l’indépendance», a-t-il affirmé. Il a soutenu que la Révolution algérienne a eu un caractère mondial grâce aux sacrifices consentis par le peuple et ses amis. Il a souligné que la Révolution est une épopée et l’histoire d’une symbiose entre les peuples. Il a indiqué que l’apport des amis de la Révolution est un modèle vivant pour ceux qui ont lutté pour l’indépendance et la liberté. «L’Algérie à la juste cause de laquelle vous avez cru est toujours attachée aux principes de liberté, de justice sociale, et l’auto-détermination des peuples. Elle continue à défendre les causes justes, les droits de l’homme et les grands principes du mieux-vivre ensemble», a-t-il soutenu. Pour sa part, le conseiller du président de la République chargé des archives et de la mémoire nationale, Abdelmadjid Chikhi,  s’est dit très touché par la présence des amis de la Révolution. «Ils étaient à côté de nos combattants et contre leurs Etats. Ils étaient fidèles à leur humanisme et contre les injustices. Cet événement est un moment de fierté tant apprécié», a-t-il insisté. Chikhi a évoqué, également, ceux qui ont rejoint la cause algérienne avant même le déclanchement de la guerre de libération. «Ce sont des prises de  position que ne nous pourrons jamais oublier».
Amokrane H.
 
Aïmene Benabderrahmane : « Le droit à  l’autodétermination ne peut être confisqué, quelles qu’en soient les motifs »
«L’Algérie, peuple et dirigeants ,restera à jamais fidèle à ceux qui l’avaient soutenue et aidée lors de la Révolution nationale», a indiqué, hier, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, qui a présidé  les travaux du séminaire international sur les amis de la Révolution algérienne, organisé sous le thème «La Révolution algérienne, source de rayonnement des valeurs humaines, pont d’amitié entre les nations», ajoutant que le colonialisme a dénaturé les valeurs et les civilisations.
Il a  expliqué que «l’Algérie restera fidèle à tous ceux qui l’ont soutenue et se sont tenus à ses côtés dans son sort pendant la guerre de libération». «Et elle héritera des valeurs de sincérité et de loyauté envers ses filles et fils vertueux», notant que ces valeurs sont «le pont de communication entre les nations et le garant sûr de semer l’amour, la coopération, le progrès et la paix dans le monde». Il a ajouté  que l’Algérie  «restera un symbole de liberté, ferme sur sa démarche légitime de défense des causes justes dans le monde, et c’est une expression de fidélité aux principes qui ont permis au peuple algérien d’exercer son droit légitime à l’autodétermination».
La défense de ce principe par l’Algérie – ajoute le Premier ministre – s’incarne dans ses «positions de soutien aux peuples, souveraine en quête de liberté et d’affranchissement du colonialisme et que leur droit à l’autodétermination ne peut être confisqué quelles qu’en soient les  motifs et justifications, notamment lorsqu’il s’agit du parachèvement du processus de décolonisation de la   dernière colonie africaine, à savoir la République arabe sahraouie démocratique (RASD), et du soutien au peuple palestinien pour  l’établissement de son Etat national indépendant avec Al-Qods pour capitale».
Le Premier ministre s’est dit convaincu que les amis de la Révolution algérienne «concrétisent, par leurs nobles positions, la conscience humaine qui défend le bien contre le mal et soutient les opprimés contre les  tyrans», ajoutant qu’ «ils ont subi, eux-mêmes, pour leurs honorables positions, différentes formes d’injustice, qu’ils soient des amis ou alliés de la Révolution, parmi les individus, peuples ou gouvernements». Il a ajouté que tous ces facteurs réunis «ont conféré à la Révolution son  caractère humain et universel, grâce auquel elle a réussi à faire la séparation entre le néocolonialisme et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, à préserver leur dignité et à arracher leur liberté, car il ne s’agissait pas d’une simple Intifadha ou d’un mouvement de rébellion de groupes hors la loi tel que le prétendait le colonisateur dans les fora internationaux dans une tentative visant à duper l’opinion publique internationale».
Selon lui, la guerre de libération est «une révolution humaine qui a défendu les valeurs communes et les droits naturels tels que le droit à la vie, l’élimination du racisme, l’arrêt de l’exploitation brutale des peuples et le pillage de leurs richesses». Le chef de l’Exécutif a ajouté que «les avant-gardes de l’Armée de libération nationale (ALN) n’ont eu recours aux armes que comme moyen d’autodéfense et pour défendre la terre et l’honneur, après l’épuisement de toutes les méthodes de résistance populaire et de toutes les méthodes pacifiques et revendications légitimes, depuis un siècle et quart de siècle de temps, au cours desquels le colonisateur avait édicté des lois injustes et utilisé des méthodes brutales pour subjuguer le peuple algérien, rompre l’unité du tissu social et porter atteinte à l’intégrité territoriale». Pour ces raisons, ajoute encore le Premier ministre, «notre cause juste et   légitime avait gagné la sympathie de la plupart des peuples du monde, individus et Etats», estimant que la Révolution algérienne et ses appuisont contribué à «redessiner de nouveaux paramètres géopolitiques et stratégiques pour la coexistence entre les nations».
Amokrane H.
 
 
Présence remarquable et riche programme
La cérémonie d’ouverture du colloque s’est déroulée en présence du conseiller du président de la République chargé des relations extérieures, Abdelhafid Allahoum, et du conseiller auprès du   président de la République chargé de la culture et de l’audiovisuel, Ahmed Rachedi, ainsi que des membres du gouvernement et des personnalités historiques et politiques. Les participants à ce séminaire, placé sous le haut patronage du président de la République, débattront de plusieurs thèmes relatifs aux valeurs humaines, aux chartes de la Révolution algérienne etson rôle dans le raffermissement des relations avec les nations du monde. Les participants à cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre des festivités commémorant le 60e anniversaire du recouvrement de la  souveraineté nationale, évoqueront, en outre, l’appui et le soutien des amis de la Révolution à la lutte du peuple algérien, en plus des conférences qui seront animées par des enseignants et chercheurs universitaires algériens et d’autres de pays frères et des témoignages d’amis de la Révolution outre des expositions de livres et de photos historiques des amis de la Révolution.
Amokrane H.
Témoignage
 Giraldo Mazola, ancien ambassadeur de Cuba en Algérie…
Giraldo Mazola, ancien ambassadeur de Cuba en Algérie, a  appeléaux bonnes  relations  entre l’Algérie et son pays et les profonds liens qui unissent les deux pays, notamment le soutien indéfectible à l’Algérie en lutte pour son indépendance, par l’envoi d’armes et de munitions et par la prise en charge des blessés de l’ALN pour se faire soigner à Cuba. «Ce sont des souvenirs inoubliables», a-t-il soutenu.
… et Geert Van Tijn
Le Néerlandais Geert VanTijn se souvient de son apport  à la Révolution nationale, notamment en matière de sensibilisation du milieu estudiantin aussi bien dans son pays que dans le monde entier. «Nous avons aussi participé à la distribution des pancartes pour sensibiliser les étudiants sur la Révolution algérienne», se remémore-t-il. Il trouve en sa présence en Algérie un moment inoubliable, lui qui a  87 ans.  «C’est la première fois que je vient en Algérie. Nous sommes venus voir ce que devient  le pays que nous avons aidé et tant soutenu», a-t-il dit.
A. H.