Solstice : Les deux frères

Le plus jeune n’a pas eu le temps de passer des vacances ni même de songer à prendre quelques jours de repos. Pendant presque une année, il n’a cessé de batailler contre l’aîné. Et il n’y a pas eu de répit cet été ni pour l’un ni pour l’autre. Chacun se voyait comme un chat à l’affût qui n’attend qu’un faux pas de la souris.

Tout a commencé quand le père sentant, comme dans la fable de la Fontaine, sa mort prochaine, voulut faire venir ses enfants pour leur parler sans témoins.
Mais l’aîné, objet d’incessantes sollicitations, s’est fait prié mais n’est pas venu. Il a prétexté maints rendez-vous, un manque de temps pour se débiner. Il ne manque pas de courage mais il est surtout malin et patient. Il se targue surtout de connaître les lois et les mentalités, et compte surtout sur ses trois sœurs. A vrai dire, des demi-sœurs.
Au moment du choix, il est sûr qu’elles ne réclameront aucun pouce de terrain et lui offriront tout sur un plateau d’argent. Le Dada lorgne surtout les terrains en pente et les champs dans la plaine. Il sait que le vieux ne tardera pas à mourir et, quelques jours après, on demandera une «frédha» où, selon la Charia, les filles auront une part. Mais il ne doute pas un moment. Elles se désisteront de tout pour le frère.
C’était compter sur le jeune qui n’a pas dit son dernier mot. Lui aussi veut recourir à la loi. Il a lu et relu le code de la famille et désormais n’ignore rien de ses dispositions sur l’héritage. Il a consulté des avocats, s’est rapproché de notaires. Il presse son père, avant que cela ne soit trop tard, de lui faire établir une donation en bonne et due forme.
La famille possède quelques biens à Alger que le jeune espère se faire attribuer. Il presse le vieux et songe déjà avec délectation à la tête que fera l’aîné quand il se rendra compte trop tard qu’une bonne partie de l’héritage lui a filé entre les doigts. «Dura lex sed lex», la loi est dure mais c’est la loi, proclamaient les Romains il y a des siècles.
Maintenant, on peut dire aussi que la loi sert et dessert.
R. Hammoudi