Sonatrach-ENI : Mémorandum d’entente pour des projets gaziers et d’hydrogène vert

Le groupe Sonatrach et le groupe italien ENI ont procédé, jeudi dernier à Rome, à la signature d’un mémorandum d’entente visant l’accélération du développement des champs gaziers découverts en Algérie et la réduction de l’empreinte carbone à travers l’exploitation de l’hydrogène vert. Le mémorandum d’entente a été signé par le P-DG de Sonatrach, Toufik Hakkar, et le directeur général du groupe italien ENI, Claudio Descalzi, lors d’une cérémonie rehaussée par la présence du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et du Premier ministre italien, Mario Draghi, et ce, dans le cadre de la visite d’Etat que le président de la République effectue en Italie.
Ce mémorandum d’entente permettra une évaluation des capacités de gaz disponibles, afin de permettre un développement «accéléré» des champs découverts par Sonatrach. Le volume de gaz produit dans les régions concernées par ce mémorandum devrait atteindre environ 3 milliards de mètres cubes annuellement, évalue Sonatrach, ajoutant qu’il «contribuera ainsi à augmenter la capacité d’exportation par l’Algérie vers l’Italie via le gazoduc transcontinental Enrico Matteï/TransMed».
Cet accord portera également sur une évaluation technique et économique du projet expérimental d’hydrogène vert au niveau
du champ de Bir Rebaa Nord, qui vise la réduction de l’empreinte carbone émise par l’usine de production de gaz de ce champ.
De plus, il cadre avec la stratégie de développement durable adoptée par Sonatrach pour le développement d’une technologie ayant un impact positif sur l’environnement et des projets qui permettent la réduction de l’empreinte carbone résultant de l’activité du Groupe.