Statut particulier des fonctionnaires de l’éducation : Entre satisfaction et appréhension des syndicats

 Une réunion de travail s’est tenue, ce samedi à Alger entre les syndicats du secteur de l’éducation et les représentants du ministère de l’Education. Les deux parties ont  discuté de l’avant-projet de statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps spécifiques. La rencontre rentre dans le cadre de la mise en œuvre de la décision du président Tebboune portant révision du statut, un texte régissant le parcours professionnel des travailleurs du secteur.
Le président de l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (UNPEF), Sadek Dziri, a indiqué que le Syndicat est satisfait dans l’ensemble des points contenus dans le nouveau statut qui permettront de corriger certaines injustices dans certains corps ». Selon lui, il ne faut pas s’attendre à une révolution concernant le corps enseignant, excepté une certaine visibilité dans la promotion à travers la création de nouvelles catégories, notamment enseignant-chercheur et la possibilité offerte aux enseignants formateurs de devenir des directeurs. Il a, également, cité des nouvelles catégories touchant les autres corps, particulièrement les inspecteurs et les intendants, le corps orientation scolaire et la restauration scolaire. Toutefois, Dziri a émis certaines réserves, en matière de classification « qu’il faut unifier et clarifier ».
Le  SG du Conseil des lycées d’Algérie (CELA), Zoubir Rouina, a relevé des avantages mais aussi d’insuffisances. Il a  indiqué que le CELA s’attendait à une révision profonde du statut actuel avant d’être surpris par « quelques changements superficiels ». Il a souligné que le document  se limite à la création de deux  catégories professionnelles, à savoir enseignant principal et formateur. « La possibilité de permettre aux enseignants formateurs de devenir des directeurs n’est pas un acquis considérable, car elle ne touche qu’une poignée d’entre eux », objecte-t-il. Il en est de même pour la catégorie enseignant-chercheurs pour laquelle  le syndicaliste se demande  si cette catégorie  aura le temps nécessaire à consacrer à la recherche « avec un volume horaire trop chargé ».
Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’Education (Cnapeste) s’est retiré de la réunion. Son chargé de communication, Messaoud Boudiba,  explique que le syndicat n’a pas reçu la copie de l’avant-projet, comme promis par la tutelle. « Le ministère a  organisé, aujourd’hui, une journée d’information pour présenter son propre projet sans remettre quoi que ce soit aux partenaires sociaux », explique-t-il. Et d’ajouter : « Suite à quoi, nous avons décidé de nous retirer de la réunion».
Amokrane H.