Surplus de production d’ail à Teleghma : A quand des chambres froides pour stocker la marchandise ?

La production d’ail est abondante cette année. Les agriculteurs s’en réjouissent  et font part d’une surproduction locale qualifiée d’«aubaine».

Les producteurs de la région de Teleghma, à Mila, estiment que cette plante  fait toute la réputation de cette région, au même titre que la pomme de terre et la carotte.  Selon une source agricole, le kilogramme d’ail est cédé actuellement entre 50 et 90 DA au prix de gros. Un prix jugé «correct» par les investisseurs de cette région. «Cette année, la production d’ail a dépassé toutes les espérances», dit-il. «La qualité est supérieure, et la quantité est importante», se félicite l’agriculteur. Selon lui, pour mener à bien l’opération de récolte, les paysans ont dû faire appel à la main-d’œuvre issue des régions avoisinantes. «La région de Teleghma n’a enregistré jusque-là aucun taux de chômage. Au contraire, nous faisons appel à des jeunes issus d’autres wilayas pour venir en aide à ceux qui travaillent la terre ici à Mila», fait-il savoir.
Le seul inconvénient rencontré par les agriculteurs se pose au niveau de la commercialisation. «La région est dépourvue de système de stockage, du coup, la commercialisation se fait directement avec le commerçant», précise l’agriculteur. «Celui-ci s’approvisionne directement des champs, puis stock l’ail chez lui, si ses moyens le lui permettent, il fixe le prix de vente au marché de détail», explique t-il. En effet, le stockage n’est pas disponible, d’où le souci de vendre le produit dans l’immédiat.
Dans ce contexte, l’ensemble des agriculteurs font appel aux hautes autorités pour l’installation de chambres froides dans la région de Teleghma, pour stocker la surproduction locale qui couvre les besoins des consommateurs et répond à la demande et aux besoins du marché tout au long de l’année, et ce, à l’échelle nationale. «Teleghma peut, à elle seule, couvrir les besoins en ail de toute l’Afrique, et la production de cette année peut être destinée à l’exportation», assure notre interlocuteur.
Les agriculteurs sont unanimes à dire  qu’un pôle agricole de froid est devenu nécessaire pour assurer la conservation de la production agricole. Pour rappel, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a invité, dans un communiqué, les opérateurs stockeurs d’ail désireux de rejoindre le Programme de régulation des produits agricoles de large consommation à se rapprocher des directions des services agricoles pour déposer leurs dossiers d’adhésion, et ce, avant le 15 juin de l’année en cours.
Rym Harhoura