Syndicats et parents d’élèves : Dans de meilleures conditions

Les épreuves du brevet de l’enseignement moyen (BEM) se déroulent dans de meilleures conditions, ont affirmé, ce lundi, des représentants des syndicats autonomes et de parents d’élèves.

Le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de formation (Satef), Boualem Amoura, confie que cette année, l’examen se déroule d’une manière ordinaire et convenable. «Il n’y a pas eu de fuite de sujets et aucun dépassement grave n’a été signalé. Les conditions ne sont pas excellentes, mais très acceptables», dit-il. Notre interlocuteur s’interroge, toutefois, sur les conditions de déroulement de l’examen dans le sud où la «climatisation n’est pas assurée dans tous les centres» et qu’il fait une chaleur suffocante.
Amoura regrette, également, la forte présence de personnes lors de l’ouverture des plis des sujets.   «Ce qui risque de déconcentrer les élèves. Le BEM c’est un examen ordinaire. L’assistance à l’ouverture des plis doit se limiter au strict minimum», recommande-t-il. Concernant les sujets, il affirme qu’ils ont été simplifiés et sont à la portée de l’élève moyen comme «on s’y attend». «L’année scolaire ne s’est pas déroulée normalement. Le système d’enseignement par groupe a fait perdre du temps aux élèves qui n’ont pas beaucoup étudié durant l’année. Les programmes scolaires sont réalisés à seulement 67%», fait-il savoir. Amoura dénonce le fait que les élèves soient soumis à un rythme infernal à raison de trois examens par jour. «Les collégiens passent quatre matières au premier jour. C’est anti-pédagogique. Et de surcroît ce sont des matières de mémorisation. Par cette manière de faire, l’élève est poussé malgré lui à chercher des moyens pour tricher», déplore-t-il. Amoura estime urgent de revoir l’organisation de cet examen et surtout l’attribution des coefficients des matières.
Pour sa part, le président de l’Association nationale de parents d’élèves, Khaled Ahmed, confirme le bon déroulement des épreuves. «Nous n’avons rien à signaler. L’organisation était parfaite. C’est nettement mieux que l’année dernière. Le ministère de l’Éducation est à féliciter», indique-t-il. Quant aux sujets, il souligne qu’ils sont abordables, notamment celui de la langue arabe. Le président de l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation(UNPEF), Sadek Dziri, abonde dans le même sens. Il s’est félicité des bonnes conditions de déroulement de l’examen. «Il n’y a rien à signaler. Les sujets sont à la portée des élèves et ont porté sur les cours dispensés en présentiel. Les choses se déroulent normalement», fait-il savoir. Néanmoins, le syndicaliste appréhende les conditions de déroulement de l’examen dans le Sud où il fait très chaud. Pour ce qui est de la fuite des sujets, Dziri n’y croit pas. «Le ministère a adressé des mises en garde sévères contre toutes les formes de fraude et fuites des sujets. Cela dissuaderait les tricheurs les plus tenaces», rappelle-t-il.
Amokrane. H.