Taleb Omar : «Le peuple sahraoui a contrecarré les plans du régime marocain»  

 L’ambassadeur de la République arabe sahraouie Démocratique (RASD) en Algérie, Abdelkader Taleb Omar, a affirmé, ce mardi, que  la détermination du peuple sahraoui et de son seul représentant légitime, le Front Polisario, a contrecarré les plans du régime marocain visant à légitimer son occupation du Sahara occidental.

« La célébration par le peuple sahraoui du 49ème anniversaire de la création du Front Polisario renseigne sur la force de la résistance et la continuité de la révolution », qui traduit la réalité selon laquelle le peuple sahraoui croit en sa juste cause, a indiqué Taleb Omar dans une déclaration à l’APS.
Le diplomate sahraoui fera part de l’existence « d’un consensus au sein du peuple sahraoui pour poursuivre la lutte sous la bannière du Front Polisario, son seul représentant légitime, reconnu par l’ONU et les juridictions internationales ». Il citera, entre autres, le verdict prononcé le 29 septembre 2021 par le Tribunal de l’Union européenne qui a reconnu que le Front Polisario était le seul représentant légal du peuple du Sahara occidental et qu’il pouvait agir devant la justice européenne au nom du peuple sahraoui. Ces réalisations, a-t-il poursuivi, interviennent au moment où « le régime marocain a échoué tout au long de cette période à légitimer son occupation du Sahara occidental à travers ses tentatives de nier le fait que ce territoire non autonome soit traité (par l’ONU) comme une question de décolonisation ».
D’autre part, l’ambassadeur a fait état « de l’échec de toutes les actions initiées par le régime d’occupation marocain visant à établir une autorité illégitime sur les territoires sahraouis ». A cet égard, il a tenu à rappeler que la question du Sahara occidental est suivie par l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité des Nations unies en plus de la reconnaissance de la RASD par l’Union africaine (UA) et la réaffirmation par l’Union européenne (UE) et ses tribunaux internationaux de l’absence d’une quelconque autorité du Maroc sur les territoires  sahraouis.
Ces positions en faveur de la cause sahraouie sont autant de « réalisations importantes à même d’inciter le peuple sahraoui à continuer la lutte », a-t-il ajouté, regrettant néanmoins « l’incapacité de l’ONU à mettre en œuvre le plan de paix qu’elle a, elle-même, adopté », notant qu’après des décennies d’attente d’une solution pacifique « elle n’a pas rempli ses  obligations envers les Sahraouis ».
Dans ce contexte, le diplomate a appelé la communauté internationale à « exercer une pression sur le Maroc pour le contraindre à respecter la légitimité internationale », exhortant le Conseil de sécurité à « appliquer  les résolutions de l’Assemblée générale de l’ONU liées à la question sahraouie et à changer son approche vis-à-vis du Maroc ». Il a notamment mis en garde contre l’aggravation des tensions dans la région au cas où le Conseil de sécurité de l’ONU ne changeait pas sa position concernant le conflit sahraoui. « Malgré la nomination d’un nouvel envoyé personnel de l’ONU pour le Sahara  occidental et sa visite dans la région, l’attitude du Conseil de sécurité reste la même, ce qui a encouragé le Maroc à poursuivre ses manœuvres visant à bloquer le processus de règlement » du conflit, a-t-il déploré.
L’ambassadeur sahraoui a estimé, enfin, qu’il était nécessaire que « le nouvel émissaire onusien reçoive un soutien suffisant pour accomplir sa mission ».