Témoignages vivants sur la guerre de Libération : «Des avancées franchies en matière de stockage numérique», selon Laïd Rebiga

Le ministre des Moudjahidine et des Ayants droit, Laïd Rebiga, a affirmé, vendredi à Constantine, que son secteur a franchi «des étapes avancées» dans l’opération de stockage numérique des témoignages vivants sur la guerre de Libération et tout ce qui se rapporte à la mémoire nationale en coordination avec les spécialistes pour en favoriser l’exploitation optimale dans le cadre  scientifique.

S’exprimant sur les ondes de la Radio régionale de Constantine, dans le cadre de la visite effectuée dans la wilaya à l’occasion de la Journée nationale du moudjahid, coïncidant avec le 67e anniversaire de l’offensive du Nord-Constantinois (20 Août 1955) et le 66e anniversaire du Congrès de la Soummam (20 Août 1956), le ministre a indiqué que «le stockage numérique  des témoignages vivants et tout ce qui se rapporte à la mémoire nationale  connaît un bond qualificatif conformément aux instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à ce propos».
Le ministre a ajouté qu’«un programme spécial a été élaboré en la matière  et son exécution avance», ajoutant que des témoignages vivants ont été  recueillis sur l’ensemble du territoire national et se trouvent actuellement au niveau central «pour le stade d’analyse, de classification et de mise en ordre pour ensuite être stockés et préservés pour les  générations futures».
Il a réitéré à l’occasion ses remerciements envers la Radio nationale en matière de «préservation de la mémoire», rappelant qu’il avait auparavant présidé, en coordination avec le directeur général de la Radio algérienne, la remise au ministère des Moudjahidine et Ayants droit d’un stock d’enregistrements vivants se trouvant au niveau de la Radio algérienne comme contribution à la politique nationale de préservation de la mémoire surtout que la radio a toujours accueilli des universitaires et des chercheurs spécialisés dans ce domaine.
Il a ainsi affirmé qu’en ce qui concerne l’offensive du Nord-Constantinois et la tenue du Congrès de la Soummam, les moudjahidine s’accordent à affirmer que ces deux évènements traduisent «la solidarité au sein du peuple et sa mobilisation autour du commandement de la glorieuse Révolution  libératrice», ajoutant que leur objectif était «le rassemblement et l’union» et cela, a-t-il noté, «ressort aujourd’hui au travers de la politique de la main tendue du président de la République et son appel au rassemblement reflétant les qualités portées par les chouhada et les moudjahidine durant la Révolution de libération, le Congrès de la Soummam  et l’offensive du Nord-Constantinois».
Le ministre a ajouté que «l’Etat accorde un intérêt majeur à l’opération d’archiver le dossier de la mémoire sur des supports audiovisuels dans le cadre du programme du ministère des Moudjahidine, et les diverses occasions dont le soixantenaire de la fête de l’indépendance et de la jeunesse».
Rebiga a souligné que beaucoup d’historiens et de producteurs  cinématographiques se réfèrent lors de la réalisation de long-métrages  cinématographiques ou télévisés et de documentaires aux «témoignages  vivants qui représentent une des sources de l’écriture de l’histoire et de la préservation de la mémoire».
Au début de cette rencontre radiophonique, Rebiga a tenu à présenter ses condoléances aux familles des victimes des incendies de forêt qu’ont connus plusieurs wilayas du pays.
Le ministre, accompagné des autorités locales civiles et militaires, s’était rendu au cimetière des chouhada de la commune de Zighoud Youcef puis au chef-lieu de cette même commune où il a présidé le lancement du tournage d’un film sur ce martyr symbole qu’est Zighoud Youcef et a honoré sa famille.