Tigzirt (Tizi-Ouzou) : L’hôtel Mizrana se prépare

Dans la wilaya de Tizi-Ouzou, toutes les communes du littoral se préparent pour la saison estivale. En effet, elles ont entamé le pavoisement des rues et avenues, notamment les fronts de mer, et les opérations de volontariat pour le nettoyage des plages.

Outre les collectivités, les 15 hôteliers que compte la côte de Tizi-Ouzou se préparent, eux aussi, à accueillir la saison dans les meilleures conditions. Et c’est le cas de l’hôtel Mizrana de Tigzirt. Un des plus anciens, pour ne pas dire le premier, complexe hôtelier de la côte de la wilaya de Tizi-Ouzou. Un hôtel  qui a été réalisé dans le cadre du plan spécial de la wilaya de Tizi-Ouzou au début des années 1970 et dont la gestion a été confiée à l’Entreprise touristique de Kabylie avant qu’il ne soit privatisé en 2008 après le quitus du Conseil des participations. Situé au cœur de la ville, Mizrana est un véritable joyau architectural avec une grande terrasse qui entoure harmonieusement une belle piscine,  avec ses 30 transats, offrant une vue imprenable sur la mer, un restaurant gastronomique de 65 places pouvant passer à 100 avec la terrasse si le besoin se fait ressentir, et surtout une capacité d’accueil appréciable de quarante chambres alors que par le passé, il y avait aussi quatre bungalows transformés, désormais, en simples chambres, sans compter cet espace de détente pour enfants sous les pins.
Par ailleurs, l’autre atout, non négligeable en cette période estivale qui inciterait les estivants à opter pour cet hôtel, est l’eau en  abondance dans les robinets. «Nous disposons d’une bâche à eau d’une grande capacité qui nous permet de mettre nos clients dans les meilleures conditions d’hébergement», a soutenu le maître des lieux.
Pour le patron de cet hôtel, la saison démarrera le 1er juin prochain. «C’est à cette date avec la mise à eau de la piscine que nous dirons que la saison est lancée», a-t-il indiqué. Il reste que pour lui, le programme estival n’est pas encore arrêté. «Nous comptons le finaliser sous peu avec nos partenaires.» D’ailleurs, il nous dira que «même les prix pour cette haute saison ne sont pas encore fixés». Non sans ajouter que «ceux de l’année dernière pourraient, à 99%, être reconduits». Ainsi les estivants devront s’acquitter de 12.600 DA la journée pour une demi-pension en double et 16.600 DA pour une occupation en triple.
Mizrana n’attend plus que sa clientèle qu’il espère plus nombreuse que l’année dernière où l’hôtel n’était occupé qu’à 50% pour les raisons que tout le monde connaît, liées aux conditions sanitaires qui avaient meurtri cette région au point où même cet hôtel a été réquisition pour le personnel médical pour faire face à la pandémie.
«Avec le retour à la normale et la fin de la pandémie du coronavirus, nous espérons une affluence plus nombreuse, d’autant que nos prix sont très accessibles et nos prestations  très appréciées», conclut notre interlocuteur.
Rachid Hammoutène