Au cœur de nos régions : Cet été, venez tipaser !

Les préparatifs inhérents au lancement de la saison estivale à Tipasa vont bon train. En effet, les autorités locales, à leur tête le chef de l’exécutif de la wilaya, passent pour ainsi dire au peigne tous les sites de baignade, dont le nombre est de 58 plages, parmi lesquelles seules 45 ont été autorisées à la baignade l’été dernier.

Outre le volet réglementaire et les arrêtés régissant l’exploitation, la mise sur pied de la logistique nécessaire et l’organisation de la saison estivale, les autorités locales ont depuis le mois sacré organisé des sorties sur le terrain pour établir l’état des lieux dans les sites de baignade. En ce sens, Abou Bakr Essedik, wali de Tipasa a entamé son périple de l’extrême est de la wilaya, soit de la plage Colonel Abbès. Jusqu’au 10 mai dernier, il a sillonné tous les sites de baignade de la partie Est et celle du Centre. «Ces visites entre dans le cadre de la préparation de la saison estivale et visent surtout à garantir à ce que toutes les commodités, que ce soit en termes d’accès aux sites de baignade, de disponibilité de parkings aux normes ou en ce qui concerne l’existence de structures devant garantir sécurité et bien-être des estivants, soient disponibles près de chaque plage», explique Houdhaifa Rfis, chargé de communication de la wilaya. Durant ses sorties, le chef de l’exécutif de la wilaya a longuement insisté devant les maires des communes côtières visitées pour que les opérations d’adjudication des concessions au niveau des plages et des parkings soient clôturées avant l’entame de la saison estivale, prévue pour le premier jour du mois de juin. A ce propos, il a exigé que les avis pour adjudication bénéficient d’une large diffusion notamment par voie d’affichage dans les lieux publics et via les réseaux sociaux pour intéresser le maximum de candidats pour éviter qu’ils soient infructueux. Il faut dire que l’adjudication des concessions en question évitera de facto l’occupation de ses sites par d’indus plagistes. «Mieux encore, ceux qui géreront réglementairement les concessions ont obligation d’appliquer à la lettre le cahier des charges de telle manière à ce que les estivants ne soient pas importunés ni contraints de planter leur parasol loin des vagues», assure un responsable de la wilaya. Afin de garantir la sécurité dans toutes les plages autorisées, une présence permanente des services de sécurité, à savoir la police ou la gendarmerie, selon la compétence territoriale, sera assurée, et ce, en créant des postes de sécurité sur les plages qui en sont dépourvues. L’accès à la plage est également pris en considération dans les préparatifs de la saison. D’ailleurs et à titre illustratif, lors de sa récente visite à Aïn Tagourait, le wali a donné instruction pour que la piste donnant à la plage Mahiedinne soit réhabilitée pour en assurer un accès praticable avant le 1er juin. Dans un autre volet et toujours dans le cadre de la préparation de la saison estivale, des opérations de nettoyage d’envergure touchent les trois grandes plages de la wilaya. La première est le site de baignade Colonel Abbès à Douaouda qui a réuni près de 1000 volontaires du mouvement associatif local. Celle-ci s’est déroulée le 7 mai et suivie d’une autre à la plage Chenoua et la dernière juste après à El Hamdania.
A. L.
Dispositif de la Protection civile dans les plages : 1.042 agents et saisonniers mobilisés
Selon le lieutenant Mohamed Michalikh, chargé de la communication à la direction de la Protection civile de Tipasa, le dispositif de la Protection civile spécial saison estivale est fin prêt et tous les moyens sont mis en œuvre pour que les estivants passent d’agréables vacances sur les sites de baignade de Tipasa. «Pour cet été, nous prévoyons d’augmenter le nombre de plages autorisées à 49. Soit 4 de plus comparativement à 2020. Il s’agit des plages du front de mer et de Sidi Boumaâza, à Bou-Ismaïl, Lafirmate à Bouharoun et le site des Kouali à Tipasa. Sur un ensemble de 58 palages, 49 seront ouvertes à la baignade», affirme le lieutenant Michalikh. Pour veiller au confort des estivants, la direction de la Protection civile à Tipasa compte mobiliser un effectif de 1.042 agents, entre permanents et saisonniers. «Le dispositif compte 2 inspecteurs de plage, 14 contrôleurs répartis par zone côtière, afin d’assurer la bonne marche de notre mission, 80 surveillants de plage, sélectionnés parmi notre effectif, 4 médecins et 35 plongeurs professionnels», énumère le même officier. Et d’ajouter :
«Concernant les maîtres-nageurs sauveteurs saisonniers, nous avons prévu un effectif de 420 pour le mois de juin, 910 en juillet, 910 en août et 420 en septembre.» Selon lui, tous les maîtres-nageurs sauveteurs recrutés ont bénéficié d’une formation de sauvetage et de secourisme ainsi que d’autres modules d’intervention indispensables à la prise en charge des estivants. «Même pour les agents permanents, nous avons prévu des stages de perfectionnement et de mise à niveau», souligne le lieutenant Michalikh. Pour ce qui est des moyens matériels, le dispositif de la Protection civile de la wilaya comporte, entre autres, 9 embarcations semi-rigides, 10 embarcations pneumatiques, 2embarcations à fond plat, 99 bouées de sauvetage, 77 gilets de sauvetage, 43 brancards, 49 boîtes à pharmacie et 80 miradors. «En plus des postes de surveillances réhabilités, 9 nouveaux centres construits en dur ont été réceptionnés en prévision de cet été ainsi que 4 autres en préfabriqué. Ces derniers ont été érigés dans les nouvelles plages autorisées à la baignade», révèle le lieutenant Michalikh.
Campagne de sensibilisation sur les risques de la mer
A partir de mardi et tout au long de la saison estivale, la Protection civile de Tipasa organise une campagne de sensibilisation et de prévention contre les dangers de la mer et les risques de noyade, et ce, à travers tout le territoire de la wilaya. Les caravanes prévues à cet effet sillonneront les plages de la wilaya, mais aussi l’arrière-pays pour alerter la population sur le grand danger de se baigner dans les barrages, les étangs et autres points d’eau. Outre les journées portes ouvertes programmées dans le cadre de cette campagne, un travail de collaboration entre les collectivités locales et les éléments de la Protection civile est préconisé afin de sensibiliser le maximum de citoyens.
A. L.
Distribution d’eau potable cet été : Largement mieux que la saison écoulée
Tout le monde s’accorde à dire qu’à Tipasa, l’été 2021 a été la saison la plus difficile en termes de distribution d’eau potable, conséquence directe du stress hydrique qui a fortement marqué l’année écoulée, durant laquelle, les rares épisodes de pluie ne sont pas parvenues. A titre illustratif, celles-ci  ne sont pas parvenues à remplir le barrage de Boukerdène, l’une des sources principales d’eau de surface de la wilaya. Le barrage a été à la fin de l’été quasiment à sec, à telle enseigne que sa station de traitement, desservant le réseau AEP des 8 communes du centre de la wilaya, a cessé de fonctionner dès le 15 septembre et n’a repris son activité qu’après les premières pluies du mois d’octobre. Tout au long de l’année dernière, particulièrement durant la saison estivale, un programme d’urgence a été mis en branle pour réaliser progressivement 35 forages en plus des 5 autres inscrits au programme pour pallier le déficit en eau dû à la sécheresse. A titre comparatif, en 2020, la ressource en eau produite de la station de dessalement d’eau de mer de Fouka, des eaux souterraines et de surface dans la wilaya de Tipasa a été de 224.000m3/j contre seulement 174.000 m3/j au cours de l’année dernière, du moins si l’on se tient aux statistiques de mars 2021. Pour cette saison, la situation s’est améliorée substantiellement, grâce, en premier lieu, à la pluviométrie ainsi que la réception récente du projet d’extension de la station monobloc de dessalement d’eau de mer de Bou-Ismaïl qui garantit désormais à 65.000 habitants des communes de Bou-Ismail et Khemisti un apport quotidien en eau de l’ordre de 10.000 m3. A ceci s’ajoute le taux de remplissage du barrage de Boukerdène qui dépasse actuellement les 20 millions de mètres cubes, dès lors qu’avant les dernières précipitations du début de ce mois, il totalisait 19 millions de mètres cubes. Un seuil confortable pour garantir l’alimentation de la station de traitement du barrage, tout au long de l’été et même au-delà. Outre le réseau du forage, la station de dessalement d’eau de mer de Fouka fournira au réseau de la wilaya un volume additif de 4000 m3/j qui s’ajoute à la part de Tipasa, soit 50% de sa capacité de 120.000m3/j, puisque l’autre moitié est destinée pour Alger. Normalement, cet été Tipasa disposera de 240.000 m3/j, soit plus qu’en 2020, d’autant plus qu’actuellement, on mobilise pas moins de 2150.000 m3/j. Une bonne nouvelle, surtout lorsque l’on sait qu’en été, la consommation d’eau augmente sensiblement dans cette wilaya à vocation touristique. Pour les années à venir, la situation ira en s’améliorant, grâce à la réception, d’ici à deux ans normalement du projet structurant de transfert des eaux du barrage de Keff Eddir, situé à l’extrême ouest de la wilaya et qui alimentera plusieurs daïras, surtout de cette partie de Tipasa, telle que Damous, Gouraya et Cherchell qui compte une population rurale importante. Le projet en question consiste en la réalisation d’une grande station de traitement d’une capacité de 100.000 m3/J, de la pose de 110 km de canalisations, de 11 stations de pompage et 13 châteaux d’eau. Ses travaux sont confiés à une entreprise nationale, Cosider Canalisations en l’occurrence.
A. L.