Tizi-Ouzou : La Kabylie heureuse et fière de ses héros

Samedi sur les coups de 19 heures  le coup de sifflet final  de l’Allemand Daniel Siebert a été accueilli avec ferveur indescriptible  par ces milliers  de fans qui avaient pris d’assaut le rond point central de la capitale du Djurdjura pour fêter comme il se doit cette victoire finale, la première de l’histoire de notre football national dans cette compétition. Un trophée arraché de fort belle manière au Qatar.

Une victoire  fêtée jusqu’au bout de la nuit. Une nuit qui a été blanche pour toute la Kabylie tant partout et aux quatre coins  de  cette belle région qu’elle soit montagneuse ou maritime la victoire de l’EN a été fêtée dans toutes les chaumières. Ainsi les camarades de Brahimi  et de Belaili ces gladiateurs  ont été élevés au rang de héros et la Kabylie leur a exprimé sa fierté de les avoir comme défenseurs des  couleurs nationales. L’Algérie est parvenue ainsi à remporter un sacre inédit dans l’histoire du football mondial avec cette première édition d’une compétition sous l’égide de la FIFA où l’Algérie a été  parmi les invités de cette répétition générale d’avant coupe du monde. La Kabylie était belle car elle a vécu une soirée de communion avec tout le pays. Les « one-two-three » et « anway wigui imazighène, idiziriyen » fusaient partout. Feux de Bengale, d’artifices et autres produits pyrotechniques étaient de sortie. L’ambiance était à la fête.  Un  fan a écrit sur son mur « L’Algérie a gagné la coupe arabe des nations, la coupe des Arabes des nations… La coupe du monde arabe ou la coupe du monde des Arabes… Je n’en ai rien à foutre…Mon pays a gagné un match de football, un tournoi de football et ça me procure du bonheur… Je suis heureux pour mon pays… 123… Viva l’Algérie ».
Des propos qui sonnent comme un désaveu pour  ceux qui tentent de politiser l’événement et  minimiser ce sacre. Un sacre qui a démontré, comme le soulignera un autre fan, que « le footballeur algérien est complètement  métamorphosé avec ce nouvel  état d’esprit où il  ne redoute plus aucun adversaire, et joue pour la gagne ».  Mais aussi cette envie d’aller uniquement de l’avant que l’on a retrouvée dès l’entame  la compétition.  La Kabylie continuera à festoyer ses héros à chaque fois qu’ils lui procurent de la joie. Les Kabyles fêteront une nouvelle fois la victoire de leurs verts toutes les fois que c’est possible.
 Rachid Hammoutène