Tizi-Ouzou : On n’échappe pas au drame

Comme chaque saison estivale, la Protection civile déploie les moyens pour garantir la sécurité des estivants. Plus de 300 interventions pour des noyades au niveau des plages, barrages, retenues collinaires, oueds ou mares d’eau sont enregistrées annuellement.

Le phénomène, s’inquiète-t-on, touche surtout les adolescents. Dans la wilaya de Tizi-Ouzou, les éléments de la Protection civile sont intervenus, en 2021,   dans 19 opérations de noyade dont 3 en milieu d’eaux lourdes. Sur les19 noyés, seuls 8 ont été secourus. Les victimes ont été enregistrées à l’oued Sébaoua (14ans) à Tizi-Ouzou, dans une mare (Tamda), au village Aït El-Kaïd (Agouni Gueghrane, 18ans) et au barrage de Draa El-Mizan (7ans). Cette année, les eaux stagnantes ont déjà fait deux victimes dont l’une au barrage de Draa El-Mizan (13 ans)et l’autre au barrage de Taksebt (16ans), alors qu’une quadragénaire s’est noyée dans un puits après avoir fait une chute.
Interrogé, le capitaine Kamel Bouchakour de la Protection nous dira que c’est un phénomène récurrent dès l’apparition des grosses chaleurs à l’intérieur du pays. «Les jeunes en quête de fraîcheur, et en l’absence de piscines ou de moyens pour se rendre à la mer, s’aventurent dans ces sites qu’ils savent  pourtant dangereux.» Le capitaine Bouchakour insiste sur le fait que la Protection civile «mène chaque année des campagnes de sensibilisation dans ce sens. Cette année encore, nous avons mis à profit la campagne de sensibilisation sur les incendies pour rappeler les dangers que représente la nage dans ces éléments aquatiques terrestres ou en dehors des plages surveillées.» Comme il rappellera que «de nombreuses fois, nos éléments, dans leurs sorties pour diverses raisons, se sont arrêtés pour demander à des jeunes trouvés dans des plans d’eau à sortir et quitter les lieux. N’étant pas un corps répressif pour verbaliser, nos éléments font dans le dissuasif et la sensibilisation».
Aussi, et à l’effet de juguler ce phénomène, n’est-il pas temps de voir les collectivités locales lancer un programme de réalisation de piscines dans les communes de l’intérieur du pays ? Ou encore relancer ce projet initié, il n’y a pas longtemps, par le ministère des Ressources en eau(MRE) où il était prévu la réalisation de piscines près des barrages et rivières pour dissuader les jeunes à faire trempette dans ces eaux difficiles à nager parce que lourdes mais aussi envasées.
D’ailleurs, il a été même annoncé que les services du MRE offraient «l’opportunité aux investisseurs privés de réaliser des piscines près des rivières et barrages, en vue d’assurer la sécurité des personnes qui les fréquentent  notamment les enfants, vu le manque de ce type de structures dans plusieurs wilayas du pays notamment de l’intérieur». Mieux, il a été précisé que «40 demandes ont été reçues à cet effet et seront examinées par l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT), puis seront soumises à la commission centrale du ministère des Ressources en eau pour se prononcer à leur sujet.» Mais depuis, aucune nouvelle de ces projets et de ces demandes qu’il est nécessaire de relancer.
Rachid Hammoutène