Tizi-Ouzou : Quand l’histoire se mêle au caritatif

«Les SMA ont été notre seconde famille et le groupe El Hillal a été notre seconde maison. Il est donc impossible pour tout un chacun d’entre nous d’oublier sa famille et la maison où il a grandi. Il était donc de notre devoir de rappeler à chacun d’entre nous de garder en mémoire tous les souvenirs vécus durant notre jeunesse aux côtés de nos aînés qui ne sont plus de ce monde pour la grande majorité d’entre eux».

Tels sont les propos d’un animateur de l’association des anciens scouts et amis des scouts de la ville de Tizi-Ouzou (AASASVTO) pour évoquer les raisons qui avaient poussé ce groupe d’anciens scouts de la capitale du Djurdjura à créer leur association. Un groupe qui a été le terreau du nationalisme et du patriotisme. Plus de 121 martyrs, que compte la ville de Tizi-Ouzou, ont fréquenté «les classes» de la vie du groupe El Hilal. C’est là que leur flamme avait pris pour que le feu de la lutte contre le colonialisme qui la ravivait devienne un brasier. Ayant élu domicile au niveau de l’ancien château d’eau de la ville de Tizi-Ouzou, l’association a vu le jour le 26 mai 2006. Elle est animée par des bénévoles qui ont gardé la passion intacte pour le mouvement associatif, et surtout l’amour de leur ville. Une ville qui ne semble plus avoir de repères ni culturels ni historiques, livrée presque à elle-même. C’est justement pour que personne n’oublie ce que fut Tizi-Ouzou, que cette association des anciens scouts a réussi la formidable prouesse de réunir tous les enfants de la ville durant les  soirées de Ramadhan.
Quant au local de cette association, il est «truffé» de photographies retraçant les divers changements et visages que la ville a eu à connaître. Et ce, grâce à l’apport de Omar Chikh, qui n’a pas hésité un seul instant à dupliquer toutes les anciennes photographies de la ville en noir et blanc puis en couleur de sa collection pour les mettre à la disposition de cette association. Outre l’histoire de la ville, on retrouve aussi celle de la JSK, immortalisée là encore par de photographies inédites. C’est avec un pincement au cœur que certains jeunes et moins jeunes ont eu à revoir leurs grands-pères, pères ou oncles du temps de la splendeur de leur jeunesse.
L’association des anciens scouts et amis de scouts de la ville de Tizi-Ouzou reste un espace bénévole, au profit de la seule mémoire de la ville de Tizi-Ouzou. Elle tente de garder allumée la flamme de ce flambeau légué par les aînés du groupe El-Hillal créé en janvier 1938 par le défunt Rabah Boubrit qui était en contact permanent avec le père du scoutisme algérien Mohamed Bouras qui venait souvent à Tizi-Ouzou.
Des actions caritatives
Depuis sa création, cette association n’a cessé de multiplier les actions caritatives tout en marquant les journées nationales historiques. Elle compte à son actif de nombreuses actions et opérations de solidarité en direction des SDF avec des repas, des vêtements chauds et de la literie tout au long de la période hivernale et des démunis durant le Ramadhan avec le couffin de soutien. Comme elle a eu à organiser des hommages rendus aux martyrs de la ville. Une opération baptisée «Pour la mémoire contre l’oubli». Elle a tenu aussi à honorer tous les anciens chefs scouts de leur vivant et dont les images sont encore vivaces pour ceux qui ne sont plus de ce monde.
Cette association est présidée par un ancien scout Farid Mekacher qui a succédé au raïs Ali Termoul qui lui-même avait pris le relais de Mohamed-Arezki Benyahi qui fut le premier président de cette association qui a été aussi dirigée pour un laps de temps par l’ex-international de la JSK, Mustapha Rafaï.
Rachid Hammoutène