Tizi-Ouzou : Un laisser-aller flagrant

Alors que le pic de cette quatrième vague n’est pas encore atteint, la Direction de la santé de la wilaya de Tizi-Ouzou déplore une explosion des contaminations.

«Cette volatilité est celle d’un virus dont le génome subit mutations et multiplications»,  affirme le Dr Sadjia Chekroun, épidémiologiste à la Direction de la santé. Interrogée sur les cas de contamination des personnes vaccinées, le Dr Chekroun a tenu tout d’abord à rappeler que «la vaccination permet d’atténuer les effets du virus sur le sujet  et lui épargne les formes graves». Comme elle rappelle que «certaines mutations peuvent aussi réduire l’efficacité d’un vaccin : c’est le cas si la souche pour laquelle il a été préparé a évolué entre temps». Ainsi, selon elle, «les mutations sont difficiles à anticiper, tout comme les variants qui en résultent». Enfin, elle soutient qu’en plus de la vaccination, «les gestes barrières sont les plus appropriés pour rompre la chaîne de   contamination, car c’est dans la nature d’un virus  de se propager rapidement avec ce risque qu’il devienne plus virulent, donc plus dangereux». Il faut dire que le virus risque de circuler plus, et pour cause, à Tizi-Ouzou, nous continuons à observer ce laisser-aller notamment dans les transports et autres lieux publics où les personnes continuent à s’entasser sans se soucier de la pandémie. Ceci même si l’on note au passage que le masque est de plus en plus porté par les citoyens.
Par ailleurs, après le secteur de l’éducation, c’est au tour de l’enseignement supérieur de fermer les portes de ses établissements et résidences pour endiguer un tant soit peu cette propagation du virus.
Rachid Hammoutène