Transport public à Oran : Les contrôles des autobus se multiplient

En dépit des efforts des services de la direction des transports et des pouvoirs publics en général, l’organisation du transport laisse à désirer.
En effet, si les bonnes intentions s’affichent publiquement, la réalité du terrain plaide pour une dégradation continue de ce secteur stratégique. Au quotidien, cela se traduit notamment par une foule de désagréments pour les usagers et de multiples violations du code de la route. Dans le cadre d’une opération de contrôle effectuée mardi dernier au niveau de quelques lignes urbaines ciblant les transporteurs, de graves manquements, des dépassements et des infractions ont été relevés. La campagne a été effectuée par les membres de la Commission de santé et d’hygiène de la commune d’Oran, des policiers, des membres de l’association de protection du consommateur et son environnement (Apoce) et des agents de la Casnos.
Une trentaine de bus, au total, ont ainsi été contrôlés lors de cette première sortie, qui sera suivie par d’autres similaires, indique-t-on. Cette commission mixte a découvert, à sa grande surprise, un bus de transport exerçant sur une ligne sans aucun document ou autorisation d’un quelconque service administratif de la wilaya. Le véhicule a été placé en fourrière en attendant les suites à venir. Par ailleurs, tous les receveurs et les conducteurs de bus n’étaient pas déclarés ou ne possédaient pas une affiliation à la Cnas et ne disposaient pas de certificats de bonne santé pour exercer ce métier. Autres infractions relevées: la majorité des véhicules n’étaient pas propres et leur maintenance laissaient désirer, certains ne disposaient pas de vitres latérales ou sur les portes, pas de pare-brises arrières, et qui, dans certains cas, sont remplacés par des rubans adhésifs ou un morceau de plastique. Quant aux sièges, s’ils n’étaient enlevés pour gagner de la place pour les usagers debout en faisant fi de la loi, étaient éventrés, crasseux et inconfortables, a-t-on fait savoir de même source. Leurs armatures pourraient faire office d’objets contondants en cas de choc ou de freinage brusque. D’autre part, la commission a fait observer que «certains équipages de bus portaient des tenues inadéquates comme le fait d’être chaussés de tongs et des petites chaussettes, des jeans déchirés, sans oublier la cigarette et la musique à crever les tympans.
Mais le plus grave, c’est que cette commission a relevé que beaucoup de transporteurs avaient leurs pneus très mal entretenus, très lisses ou présentaient de larges fissures accroissant ainsi le risque d’éclatement pouvant entraîner la perte de contrôle du véhicule. Quant à la boîte des premiers secours ou des extincteurs, il existe des produits périmés depuis janvier 2020. A l’issue de cette action, 17 documents de bus ont été retirés afin de prendre les mesures idoines au vu des infractions et certains propriétaires ont été convoqués pour se présenter devant la Cnas afin de régulariser la situation de leurs receveurs et chauffeurs. Signalons que tous les canaux restent ouverts pour recevoir les plaintes et les doléances des usagers pour améliorer la qualité des services de ce secteur.
A.Abbas