Ukraine : Trois sommets internationaux à Bruxelles

L’Otan organise, ce jeudi à Bruxelles, un sommet extraordinaire consacré à la guerre en Ukraine, auquel participera Joe Biden. Le président américain doit participer le même jour à un sommet du G7 et un autre de l’Union européenne, selon la Maison blanche.  

Les Occidentaux vont annoncer «de nouvelles sanctions contre la Russie et renforcer» celles qui existent  déjà, a annoncé mardi le conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden  lors d’une conférence de presse. Le président américain va par ailleurs «annoncer une action commune pour  renforcer la sécurité énergétique de l’Europe» et réduire sa dépendance au gaz russe, a encore dit Jake Sullivan.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, doit s’adresser par visioconférence aux dirigeants des pays de l’Alliance Atlantique. Il «est invité à s’adresser au sommet de l’Otan par liaison vidéo. Ce sera l’occasion pour les dirigeants des pays alliés de (l’) entendre directement parler de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le peuple ukrainien, a indiqué, mardi  dernier, un responsable de l’Otan dans un communiqué.

Le porte-parole du président ukrainien, Serguiï Nikiforov, cité par l’agence Interfax-Ukraine, avait auparavant indiqué que M.  Zelensky demandera de l’aide pour mettre fin à l’offensive russe. « Cela peut être fait de plusieurs manières. Interdire l’espace aérien, fournir à l’Ukraine des moyens puissants de défense aérienne et d’aviation. En revanche « il ne sera pas discuté de nouvelles formules de sécurité » pour l’Ukraine.

Le président ukrainien avait déclaré le 15 mars qu’il fallait « reconnaître » que son pays ne pourra pas adhérer à l’Otan, alors que cette question a été l’une des causes de l’opération militaire spéciale en Ukraine entamée le 24 février dernier.  L’offensive se poursuit alors que Kiev attend toujours un appui concret de ses alliés occidentaux. «Nous surveillons ceci quotidiennement et du mieux que nous pouvons. Nous  n’avons rien vu qui nous conduise à conclure que nous devons changer notre posture stratégique de dissuasion», a déclaré mardi le porte-parole du Pentagone, John Kirby.  Selon le ministère américain de la Défense, l’armée ukrainienne, qui garde le contrôle des grands centres urbains, se trouve même ces derniers jours en position de mener quelques contre-offensives qui lui ont permis, dans le sud notamment, de reprendre du terrain sur les troupes russes.  Les opérations «se poursuivent de façon strictement conforme à ce qui était  prévu», a au contraire affirmé le  porte-parole du Kremlin,  Dmitri Peskov, à CNN International.    Selon lui, l’armée russe continue de chercher à «éliminer le potentiel militaire de l’Ukraine», l’un des «principaux objectifs de l’opération».    Pour ce faire, les forces russes «ciblent seulement des objectifs et objets  militaires sur le territoire de l’Ukraine, pas (d’objectifs) civils», a-t-il  assuré. Une «occupation» de l’Ukraine ne figure par ailleurs pas parmi les  objectifs du Kremlin, a-t-il poursuivi affirmant que Moscou n’utilisera l’arme nucléaire  en Ukraine qu’en cas de «menace existentielle» contre la Russie.

S. C.