Un été africain présentée au TNA : Un texte de Dib sur les planches

Dimanche dernier, les comédiens du Théâtre régional de Constantine ont joué la pièce Un été africain dans une salle clairsemée.

La salle Mahieddine-Bachtarzi (TNA) était à peine clairsemée en cette soirée, ce qui a poussé la plupart des comédiens a joué quelque peu dans une ambiance froide. Un été africain, pièce adaptée du roman éponyme de Mohamed Dib revient sur une période difficile du peuple algérien qui vivait en pleine guerre de libération. Zakia, une jeune fille qui rêve de rejoindre l’université après l’obtention de son bac, se voit découragée par ses parents qui ne pensent qu’à la marier.
Malgré la promesse de son père qui voulait lui aussi qu’elle continue ses études, la grand-mère impose son diktat. Dans la rue, les parachutistes imposent le couvre-feu et le colonel ordonne de tuer tout arabe qui dépasse l’horaire. Un dialogue chaud entre l’officier français qui déchire l’autorisation de sortie durant le couvre feu de Zakia la pousse à rejoindre le maquis où se trouve déjà son frère Ahmed. A la maison, on croit d’abords à une fugue avant que la vraie information n’arrive. Zakia est montée au maquis pour chasser les français car «pour libérer les esprits, il faut d’abord, libérer le pays. Le texte de Mohamed Dib a été bien adapté par Saïd Boulmerka. Le metteur en scène  Karim Boudechiche a également réalisé un bon travail même si le public n’a pas été tenu en haleine durant tout le spectacle.
Bari Stambouli