Un média camerounais qualifie Belmadi de terroriste : La FAF condamne

Visiblement, la dernière interview de Djamel Belmadi au média officiel de la FAF, où il avait accusé l’arbitre gambien, Bakary Gassama, d’avoir favorisé les Lions indomptables face à son équipe lors du barrage retour de la Coupe du monde 2022, disputé le 29 mars dernier à Blida, est très mal passée du côté de la Gambie et même du Cameroun.

Depuis, les Camerounais ne ratent aucune occasion pour provoquer les Algériens, le sélectionneur national en particulier. Après le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Samuel Et’o, qui avait menacé de porter plainte contre lui devant la commission d’éthique de la FIFA, c’est au tour d’un média camerounais de s’en prendre au coach des Fennecs.
Il s’agit d’une radio répondant au nom de RIS FM, dont le journaliste et directeur, un certain Sismondi Barlev Bidjocka,a poussé le bouchon trop loin, allant jusqu’à accuser Belmadi de terroriste. Des propos haineux et honteux à la fois, face auxquels, la Fédération algérienne de football (FAF) n’a pas tardé à réagir. Dans un communiqué publié mardi dernier sur son site officiel, l’instance fédérale a  condamné vigoureusement ce dérapage médiatique, tout en appelant les sages au Cameroun, en Algérie et dans tous les pays africains à œuvrer, chacun de son côté, à apaiser la situation et laisser les choses dans leur contexte strictement réglementaire. «La Fédération algérienne de football condamne avec vigueur le dérapage médiatique immoral et la raillerie à l’endroit du sélectionneur national ainsi que l’atteinte à sa personne et à la Fédération. Nous souhaitons que nos homologues et tous les responsables camerounais condamnent ces comportements sous toutes les formes qui existent. Nous souhaitons aussi que les sages au Cameroun et en Algérie et tous les pays en Afrique œuvrent pour calmer les esprits et faire en sorte que les relations reprennent leur cours normal. Nos peuples, nos clubs et nos sélections seront amenés à se retrouver et nous espérons que cela se fasse dans la fraternité et l’esprit de fair-play», peut-on lire dans ledit communiqué signé par le premier responsable de la FAF, Charaf-Edine Amara.
Ce n’est pas la première attaque dont fait l’objet Belmadi
La semaine dernière, les Gambiens avaient  annoncé, via un communiqué, avoir «déposé une plainte officielle auprès de la Fédération algérienne de football au sujet des critiques à l’encontre de Bakary Gassama, et a demandé officiellement à la FIFA et à la CAF d’ouvrir une enquêtes et une procédure disciplinaire à l’encontre de l’entraîneur principal de l’équipe nationale algérienne de football, Djamel Belmadi.» La fédération gambienne ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle aégalement appelé la FAF à condamner les propos de Belmadi contre Gassama ainsi que les attaques dont le referee a fait l’objet de la part des Algériens, tout en la tenant pour «responsable»  et «complice» en cas d’un éventuel préjudice.
Pour rappel, lors d’un entretien accordé dernièrement au site officiel de la FAF, le coach des Verts avait tiré à boulets rouges sur Bakary Gassama. «Nous ne laisserons plus jamais un arbitre venir et mettre à mal un pays. Je suis obligé de dire que je n’ai pas du tout aimé de voir le lendemain cet arbitre confortablement installé à l’aéroport d’Alger dans les salons, boire un café et manger un millefeuille. J’ai vidé mon sac contre cet arbitre. Je n’ai pas aimé que nous puissions accepter ce genre de choses. Nous, quand on va dans ces pays, on n’a pas ces traitements de faveur et là on le laisse comme ça. Je ne dis pas qu’il faut le tuer mais il ne faut pas le laisser tranquille. Il a enlevé l’espoir de tout un peuple. Il ne faudra plus jamais accepté ce genre de choses», avait-il déclaré.
Mehdi F.