Université d’Oran : Des partenariats avec le secteur socioéconomique

Considérée comme l’un des principaux pôles universitaire du pays, l’Université des sciences et de technologies d’Oran Mohamed-Boudiaf (USTOMB) dispose actuellement de pas moins de 39 laboratoires de recherche agréés par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique avec un total de 114 projets dits PRFU (projets de recherche en formation universitaire) et 14 projets PNR (Programmes nationaux de recherche) en plus d’un projet mixte en collaboration avec le CHU d’Oran portant sur l’imagerie médicale, a indiqué, ce samedi à Horizons, le chargé de communication et porte-parole de l’Université, Mâamar Boudia.

Parmi les partenaires de l’USTOMB, issus du secteur socioéconomique, Boudia cite, à titre d’exemple, la société nationale des hydrocarbures (Sonatrach), l’entreprise spécialisée dans la distribution des produits pétroliers (Naftal), la Société de l’eau et de l’assainissement d’Oran (SEOR), le centre Hospitalo-universitaire (CHU) d’Oran, et l’Etablissement hospitalier spécialisé (EHS) d’ophtalmologie d’Oran, en plus de plusieurs entreprises du secteur privé. «Ces partenariats scellés par conventions qui nous permettent de mieux cibler les problématiques auxquelles fait face le secteur socioéconomique national et à ce dernier de profiter de l’expertise universitaire et des nouveautés de la recherche dans le domaine d’intérêt», explique Boudia. Le même responsable citera par ailleurs le partenariat au profit des complexes de la division liquéfaction et séparation (LQS) de Sonatrach portant sur quatre axes dont, notamment, l’intelligence artificielle de la gestion et l’amélioration anticorrosive.
L’université de l’USTO est par ailleurs liée, a souligné le responsable, avec une quinzaine d’établissements d’enseignement supérieur étrangers dont des universités françaises, espagnoles, italiennes, japonaises et roumaines. Selon Mâamar Boudia, le réseau de laboratoires de recherche de l’USTO dispose de capacités scientifiques humaines estimées à plus de 950 enseignants-chercheurs en plus d’un personnel technique de pas moins de 935 employés entre techniciens, techniciens supérieurs et ingénieurs.
A noter enfin que l’Université des sciences et de technologies d’Oran dispose aussi de sept facultés et deux instituts avec une population estudiantine estimée à 20.000 étudiants dont 2.000 en post-graduation.
Yahia Benaïssa