Université : Révision de la carte de l’enseignement supérieur

Le secteur de l’enseignement supérieur mise sur la qualité de l’enseignement. C’est du moins ce qui ressort des déclarations de Djamel Boukezzata, directeur général de la formation au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Le responsable a souligné sur les ondes de la radio chaîne III, que le secteur dispose d’une nouvelle feuille de route fondée sur 4 axes : la qualité de l’enseignement, l’ouverture de l’université sur son environnement socioéconomique, ainsi que sur le plan international et l’amélioration de sa gouvernance.
Il a insisté sur la qualité de l’enseignement, précisant qu’elle constitue «actuellement le leitmotiv» du ministère. Aussi et dans le but d’atteindre cette qualité, Boukezzata a annoncé la révision de la carte de l’enseignement à travers «le redéploiement des formations universitaires pour qu’elles puissent répondre aux besoins socioéconomiques et donner une dimension professionnalisante au parcours de l’enseignement supérieur. Il a noté que que les efforts de son département seront centrés sur «des formations qui débouchent sur des métiers d’avenir, notamment avec l’avènement de l’intelligence artificielle».
Parmi les formations d’avenir, le ministère fait un focus particulier sur la formation d’ingénieurs.  Aussi et parmi les formations constituant la cible du ministère, il est question de plusieurs spécialités : la mécatronique, le génie biomédical, les télécoms et la sécurité informatique. Dans ce cadre, Djamel Boukezzata annonce que le pôle de Sidi Abdellah va accueillir l’année prochaine l’école nationale supérieure dédiée aux technologies avancées. «C’est le résultat d’une fusion de deux établissements, en l’occurrence l’Ecole supérieure des sciences appliquées d’Alger et l’Ecole nationale supérieure de technologie», fait-il observer. Il est tout autant question d’une autre fusion dans la wilaya d’Annaba entre l’Ecole supérieure des technologies industrielles et l’Ecole nationale supérieure des mines et de métallurgie, en vue de la création de l’école des métiers d’ingénieur.
L’autre nouveauté dans le domaine de l’enseignement supérieur se décline à travers le lancement prochain de quatre parcours de formation exclusivement destinés aux bacheliers en techniques mathématiques : le génie civil, le génie électrique, le génie mécanique et le génie des procédés. Ces filières concerneront trois universités, en l’occurrence celles de Blida, de Sétif et d’Oran.
Fatma-Zohra Hakem