Urgences hospitalières : Plusieurs cas d’intoxication alimentaire à travers le pays

Les services des urgences des différents hôpitaux d’Alger, et aussi à l’échelle nationale, n’ont pas connu de répit durant les jours de l’Aïd El Fitr.

 En effet, des centaines de cas d’intoxication alimentaire ont été enregistrées. Un phénomène qui revient chaque année et qui marque l’après-Ramadhan. Au CHU de Beni Messous (Alger), une dizaine de personnes présentant des symptômes d’intoxication ont afflué vers le service des urgences. De même à Douéra, où plusieurs citoyens victimes de troubles gastriques se sont présentés aux urgences durant la fête de l’Aïd. A Batna, une source médicale de l’hôpital Mohamed-Boudiaf fait état d’une cinquantaine de cas reçus. Les repas copieux de la fête leur ont causé des douleurs intenses à l’estomac. La surconsommation de gâteaux a affecté leur système digestif après un mois de jeûne.
A Guelma, plusieurs unités hospitalières ont reçu plus de 20 cas d’intoxication alimentaire au cours des deux jours de l’Aïd El Fitr. La plupart des cas souffraient de douleurs abdominales et de diarrhée dues au changement d’heure de prise de repas, en plus de la consommation excessive de sucreries.  De même à l’ouest du pays, où le service des urgences médico-chirurgicales de l’hôpital Ahmed-Medghari dans la wilaya de Saïda a reçu plus de 30 patients atteints de diarrhée aiguë.  A Bouira aussi, 50 cas ont été comptabilisés, admis pour surconsommation de boissons gazeuses, alors que d’autres ont mangé des sandwichs de merguez préparés au niveau des quartiers, dans des conditions d’hygiène déplorables.
Rym Harhoura