Viandes rouges et blanches : Plus de 100 000 tonnes mises prochainement sur le marché

UNE QUANTITÉ DE 47.000 TONNES DE VIANDE BLANCHE ET ENVIRON 60.000 AUTRES DE VIANDE ROUGE sera mise sur le marché à l’occasion du mois de Ramadhan, selon une source du ministère de l’Agriculture. Plus de 150 points de vente ont ouvert à l’occasion de ce mois sacré par l’Algérienne des viandes rouges (Alviar) notamment dans les grandes villes comme Alger, Oran, Annaba, Constantine et Skikda.

Pour ce qui est des prix, ils oscillent entre 1.200 et 1.400 DA pour les viandes rouges et 330 et 340 DA maximum pour les viandes blanches. Ces dernières seront commercialisées au point de vente de l’Office national des aliments de bétails (Onab). Intervenant mercredi dernier sur les ondes de la radio algérienne, le directeur des études et du développement à Alviar, Ali Ziani, a fait savoir que «l’Algérie compte actuellement 25 millions de têtes d’ovins et de de bovins». Selon ce responsable, un effort a été consenti dans le cadre de la réorganisation de la filière de la viande rouge avec comme objectif la mise en place d’une stratégie nationale à long terme afin d’assurer «une distribution permanente et pas seulement durant le mois de Ramadhan». A rappeler qu’Alviar et l’Onab ont signé récemment des contrats avec des entrepreneurs activant dans la production et la commercialisation devian des rouges et blanches en vue d’assurer un approvisionnement régulier, notamment durant ce mois sacré où la demande reste forte particulièrement durant les premiers jours.
Ces conventions permettront, à court terme, d’assurer la disponibilité des viandes rouges et blanches de qualité durant le mois sacré à des prix «étudiés», avait souligné le communiqué du ministère de l’Agriculture, précisant que ce partenariat s’étalera jusqu’après le mois du Ramadhan. Hier, au niveau des marchés de détail de Bachdjarrah, pour ne citer que ce dernier, une forte demande a été constatée. Ici, les prix sont loin d’être compétitifs par rapport à ceux fixés au niveau des points de vente d’Alviar. La viande bovine est cédée à plus de 1.600 DA/kg et entre 1.600 et 1.800 DA pour la viande ovine. Le président de la commission nationale des commerçants des viandes, affilée à l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA), Merouane Khiar, a fait savoir qu’au niveau du marché de gros d’El Harrach, la fourchette est fixée entre 1.480 et 1.580 DA/kg pour la viande ovine et entre 1.250 et 1.380 DA/kg pour la viande bovine. Il a fait observer que comparativement aux années précédentes, la demande n’est pas assez importante, du moins pour les deux jours avant le mois de Ramadhan. «Habituellement c’est la veille ou le premier jour que nous enregistrons une forte tension sur la viande», a-t-il souligné, faisant savoir que les approvisionnements sont déjà effectués pour assurer la disponibilité du produit. Il fera observer, toutefois, que l’offre connaît une baisse considérable. «Nous enregistrons un manque de près de 50% comparativement aux années précédentes. Avec la cherté des aliments de bétail, la production nationale a connu une baisse. D’où notre appel aux pouvoirs publics de lever l’interdiction d’importation sur la viande rouge fraîche pour pouvoir satisfaire la demande». Il a souhaité, également, l’ouverture d’un second marché de gros de viandes, interpellant les pouvoirs publics à accélérer les travaux du projet prévu à Ouled Chebel (Birtouta).
 Wassila Ould Hamouda