Viandes rouges : L’Alviar casse les prix 

Le point de vente de l’Algérienne des viandes rouges (Alviar), situé à la rue Hassiba Ben Bouali, connaît une affluence importante. Rouvert quelques semaines avant le début du mois de Ramadhan, celui-ci propose une variété de produits de viande rouge à des prix «cléments» en comparaison avec ceux appliqués ailleurs.

D’emblée, le client peut avoir une idée sur les prix, affichés, de toute la panoplie des viandes disponibles et opter pour ce qu’il veut en fonction de sa bourse. Rien que pour la viande bovine, les prix varient entre 700 et 1600 DA/ kg. A titre d’exemple, la viande avec os est cédée à 1.200 DA, tandis que la poitrine de bœuf fait 1.150 DA. L’entrecôte et la viande sans os sont cédées à 1.600 DA, alors qu’ailleurs, elles dépassent les 2.000 DA, affirme Fateh, un commerçant rencontré sur place.
La préparation de la viande hachée dite mergaz, elle, fait 700 DA, c’est le double dans les autres boucheries. «Nous essayons de mettre à la disposition du consommateur une variété de produits adaptés aux différentes bourses. Nous vendons des mergaz à 700 DA, alors qu’ailleurs elles font 1.400 DA. Je pense qu’à ce prix, il est à la portée des bourses moyennes», ajoute-t-il. Cependant, les Algérois préfèrent la viande ovine pour leur chorba quotidienne. «L’agneau fait 1.300 DA/kg, et c’est le plus demandé. Ce point de vente est approvisionné quotidiennement», précise-t-il.
 «Les prix ici sont beaucoup moins chers qu’ailleurs. Depuis le début du mois de Ramadhan, je n’achète de la viande que d’ici», témoigne une dame âgée, venue de Meissonier. Toutefois, si  les prix de la viande rouge sont plus ou moins accessibles la volaille reste intouchable et on ne se presse devant le présentoir. Un poulet complet est cédé à 440 DA/kg, la cuisse fait 420 DA et le blanc de poulet (poitrine) 780 DA. «Concernant la volaille, elle ne fait pas partie de notre spécialité. Ces étals appartiennent à un privé», clarifie le même commerçant.
Le point de vente  d’Alviar de la rue Hassiba-Benbouali, rouvert après plusieurs mois de fermeture, envisage de maintenir ses portes ouvertes durant toute l’année pour casser les prix des viandes rouges qui connaissent une hausse constante.
A. M.
.