Voile : Amina Berrichi veut s’illustrer dans sa ville natale

La véliplanchiste Amina Berrichi fait partie des membres de la délégation sportive algérienne sur lesquels beaucoup d’espoirs sont fondés lors de la 19e édition des Jeux méditerranéens, qui débuteront le 25 de ce mois à Oran. Mais la mission ne sera pas facile pour la sportive qui considère les prochains JM «très spéciaux» sur le plan personnel du fait qu’elle va se produire dans sa ville natale et dans un milieu qu’elle connaît assez bien pour y avoir fait ses premiers pas dans la discipline de la voile. Championne d’Afrique et championne arabe en 2019, Amina Berrichi (26 ans) est consciente de la difficulté de la tâche, d’autant plus que la compétition de voile comptant pour les JM sera marquée par la présence de champions du monde parmi les 94 véliplanchistes qui vont concourir pour l’occasion, comme annoncé récemment par la Fédération algérienne de la discipline. «La voile algérienne domine la discipline à l’échelle continentale, mais je dois avouer que notre niveau est encore loin de celui mondial. Cela a été, du reste, vérifié lors des précédents Jeux olympiques à Tokyo», reconnaît Berrichi. Ce dernier et Hamza Bouras, étaient les deux représentants algériens pendant la plus grande manifestation sportive planétaire. Les deux sportifs, engagés dans la spécialité RSX, n’ont toutefois pas fait bonne figure dans ce rendez-vous japonais en terminant leurs courses respectivement à la 27e et 25e place. «C’était une bonne expérience pour moi, d’autant plus que j’ai abordé l’épreuve tout en ayant un manque sensible en compétition. Depuis, je travaille d’arrache pied pour progresser davantage. Ce qui nous manque le plus en Algérie, c’est bien le matériel nécessaire pour l’exercice de ce sport», regrette-t-elle. Et d’ajouter: «Malgré cela, Oran a tout le temps offert des champions et des encadreurs de qualité. Je ferais en sorte de représenter dignement ma ville et mon pays». La sportive, formée au club oranais de «Sindbad», aura encore une tâche difficile vu que sa spécialité, le RSX a été remplacée par le support «Foil». Mais l’intéressée ne se fait pas de soucis supplémentaires à ce propos. «Nous les marins, on doit s’adapter à toutes les situations et dans toutes les circonstances. La Fédération a ramené deux supports de «Foil» avec lesquels nous nous entraînons depuis un bon bout de temps», a-t-elle assuré. Les épreuves de voile auront lieu au complexe «Les Andalouses» sur la corniche oranaise.